Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Go Voyages se réinvente pour Top Resa

Nouvelle offre séjours, look inédit, assurance remodelée : Go Voyages abattra toutes ses cartes à l’occasion de Top Resa.

La grenouille profite de l’été pour se refaire une beauté, afin d’aborder la rentrée sous une identité visuelle plus moderne. Ce changement de signature, palpable à travers le logo et la plastique de la grenouille, accompagnera de nouvelles ambitions. Le groupe met les bouchées doubles pour se positionner comme voyagiste. « Nous allons lancer une offre séjours en BtoB, en nous appuyant sur notre marque blanche et nos vols charters, explique Carlos Da Silva, PDG. Plusieurs des 1400 sites qui ont nos moteurs vols secs et hôtels secs nous l’ont demandée. Nous voulons répondre à leurs attentes ». Tous les détails seront dévoilés en septembre, à Top Resa. 

Afin de préparer le terrain, le groupe a nommé Pierre Shreiber au poste de DGA, en charge des produits hors vols secs. C’est l’ancien directeur stratégie produits de l’agence en ligne Promovacances, dont Go Voyages a vendu 15M€ en 2008 en BtoC. Sa mission consistera à développer un mix de produits maison et de séjours TO.

Go n’en est pas à son premier galop d’essai en dehors de son terrain originel du vol sec. Les forfaits dynamiques génèrent 40M€ de ventes par an (sur 700M€ en 2008). Mais les ventes agences représentent une part de gâteau décevante d’à peine 5%. « Nous espérons qu’il y aura plus d’adhésion pour notre offre séjours que pour les forfaits dynamiques. » Cette diversification est un levier afin d’optimiser les marges du groupe. Toujours en forte croissance (+40% en juin, à 70M€) et largement bénéficiaire, Go Voyages a toutefois vu son taux de rentabilité passer de 5% en 2001 à 2,5% en 2008.

Jamais à court d’idées, l’entreprise dévoilera bientôt une nouvelle assurance (tous risques) et intègrera des vols low cost dans son site BtoC (et non en BtoB). Dans la mesure où le client paye les billets de compagnies à bas prix avec sa carte de paiement, il n’est pas question pour l’instant d’étendre cette stratégie en BtoB.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique