Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram veut rattraper le retard pris en 2009

Le TO déploie la marque Plein Vent et se veut conquérant, avec une production innovante. Il ambitionne de reprendre l’avantage, après une année 2009 difficile, en recul de 14 %.

L’année 2009 a été une année difficile, « la pire sans doute de mémoire de TO », remarque Georges Colson, président du conseil de surveillance de Fram, « mais nous avons gagné de l’argent et bien résisté sans puiser sur nos réserves ». Le bilan est donc « très honorable », même si le TO ne communique pas encore sur son chiffre d’affaires en année civile, clos le 31 décembre dernier. Sur l’exercice commercial achevé le 31 octobre 2009, le recul de l’activité enregistré est de 14 % en chiffre d’affaires et de 15 % en clients, mais la reprise « est perceptible depuis novembre, avec un phénomène de rattrapage ». Au 10 janvier, le retard des ventes en départs n’était plus que de 5 % par rapport à la même date en 2009. Pour Plein Vent, l’activité est même en avance de 7 %.

ACCROÎTRE LA COMPÉTITIVITÉ

Il faut dire que la filiale entrée de gamme – rachetée il y a 16 mois et se déployant au départ de Toulouse et Nantes, en attendant Paris et Lille en 2011 – donne des ailes au groupe Fram. Ensemble, les deux TO vont conforter leurs remplissages et accroître la compétitivité, un leitmotiv pour 2010, où il s’agit de reprendre l’avantage. « Plein Vent va nous aider à récupérer des parts de marché que nous avons éventuellement perdues sans dégrader notre marque, puisqu’il occupera le créneau des petits prix, quand Fram restera fidèle à son produit », explique Antoine Cachin, président du directoire. « Avec cette marque, nous allons rentrer dans le lard de la concurrence. » Parallèlement, les prix du TO toulousain ont été retravaillés et s’affichent à la baisse sur la plupart des destinations majeures moyen-courrier (entre 10 % et 15 % en moyenne), conséquence d’un meilleur yield, notamment en basse saison. Côté aérien, le plan de vol estival est à la hausse (avec 330 000 sièges affrétés au départ de 29 villes, soit 15 000 de mieux qu’en 2009). « Et nous avons du potentiel pour monter en puissance », promet Antoine Cachin. La production joue, elle aussi, la carte de l’innovation, toujours très labellisée. Plus de Framéco (33) et de Clubs Olé (24), tandis qu’un nouveau Framissima s’installe à Corfou. Annoncée pour le 2 juin, l’ouverture du premier Framissima Nature, à Soustons, dans les Landes, suscite aussi beaucoup d’espérance. « Nous créons notre différence, notamment en misant sur notre savoir-faire dans l’hôtellerie et l’animation, mais aussi l’espace, le point fort de ce village de plein air. » Un discours offensif qui a sans doute trouvé un écho favorable lors des âpres négociations avec AS Voyages. Fram est entré dans le Top 14 du réseau et croit en « la vraie politique commerciale de pilotage des ventes », qui va être instaurée. Quid, alors, de la vente du groupe ? « Elle n’est toujours pas d’actualité », martèle Georges Colson. Gageons, cependant, que si l’activité se consolide comme prévu en 2010, elle sera au calendrier 2011.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique