Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fosun contrôle près de 100% du capital du Club Med

Au terme de l’OPA, le consortium Gaillon Invest II, conduit par le groupe chinois, détient 98,29% du capital de l’entreprise française, qui va désormais sortir de la Bourse de Paris.

Le passage sous pavillon chinois du Club Méditerranée est cette fois définitivement entériné. A l'issue de la plus longue OPA de l'histoire de la Bourse de Paris, le consortium Gaillon Invest II détient environ 36,48 millions d'actions de l’entreprise française, soit 98,29% du capital et 96,40% des droits de vote du groupe, selon une publication de l'Autorité des marchés financiers (AMF) publiée mardi.

Gaillon Invest II étant piloté à 91% par le chinois Fosun, cela devrait donc permettre à ce dernier d'obtenir 95% des droits de vote et du capital du Club. Dans ces conditions, le groupe chinois et ses partenaires au sein de Gaillon Invest II (la société française d'investissement Ardian à hauteur de 5,8% et le management du Club Med pour 2,9%, son PDG Henri Giscard d'Estaing en tête) ont confirmé mardi, dans un communiqué, leur intention de retirer Club Méditerranée de la cote à la Bourse de Paris.

Vers la relance des "projets suspendus" pendant l'OPA

Conséquence : les derniers actionnaires n’ayant pas apporté leurs actions à l’OPA vont sans doute être contraints, dans les prochains jours, de céder leurs titres à Gaillon Invest II, aux mêmes conditions que celles proposées par l’OPA.

"Je me réjouis de ce succès qui va permettre au Club Med de se tourner à nouveau vers l'avenir, de relancer les projets suspendus pendant cette longue OPA et d'écrire ainsi une nouvelle page de la belle histoire du Club Méditerranée", a réagi Henri Giscard d'Estaing, patron de Club Med et président de Gaillon Invest II, dans un communiqué distinct.

"Nous avons la chance de bénéficier de l'actionnariat engagé et de long terme de Fosun et de ses partenaires pour accélérer le développement dans les pays à forte croissance, dont la Chine, premier marché touristique au monde. Mais aussi pour continuer à gagner des parts de marché en France et en Europe", a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique