Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fleur Pellerin, une bonne option pour le tourisme digital ?

Celle qui est présentée comme la future secrétaire d’Etat au Tourisme, et au Commerce Extérieur, a l’avantage de connaître le numérique. Et les PME, si nombreuses dans le voyage.

Sur Twitter, un mouvement de soutien inédit est né en faveur Fleur Pellerin, suscitant le consensus autour des patrons du web français, avec le hashtag #KeepFleur.

De Frédéric Mazzella (fondateur de Blablacar) à Marc Simoncini (fondateur de Meetic), en passant par Nathalie Andrieux (DGA de La Poste), tous ces décideurs aimeraient que l'ex-ministre déléguée à l'Economie numérique et aux PME reprenne ses fonctions. "Fleur est parfaite pour l'entrepreneuriat et pour nos PME", a lancé Frédéric Mazella, sur le site de micro-blogging.

Pas de démenti

Mais le gouvernement Valls lui a donné de nouveaux portefeuilles : selon l’agence Reuters, qui évoque une source gouvernementale, Fleur Pellerin sera nommée secrétaire d'Etat au Commerce extérieur et au Tourisme, et très vraisemblablement aux Affaires européennes.

Réaction de la principale intéressée, sur Twitter (@fleurpellerin) : "Je ne confirme aucune information. La liste des secrétaires d'Etat sera annoncée la semaine prochaine… " Pas de démenti, donc…

Secrétaire d’Etat ou ministre, quelle différence ?

Les professionnels du secteur, eux, commencent à réagir. L’Umih et l'Unat regrettent l’abandon du ministère dédié au Tourisme.

D’autres acteurs estiment qu’il faut dépasser la question de l’étiquette : "Secrétaire ou ministre, peu importe, commente Frédéric Vanhoutte, président de Level, l’association des vendeurs de voyages en ligne. L’important, ce sont les actions qui seront menées". Un avis partagé par Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde. "Fleur Pellerin est très compétente, intelligente et sympathique, ajoute-t-il. C’est une chance pour notre secteur".

Jean-Pierre Nadir, fondateur du portail Easyvoyage et signataire lui aussi de Rallumer Paris, se montre autrement plus critique : "De son passage (au Numérique, Ndlr), il ne reste rien, si ce n’est du copinage, et un peu de cabotage médiatique".

Faire avancer les Assises

Pour nombre de professionnels du voyage, la poursuite des Assises du tourisme fait partie des priorités auxquelles devrait s’atteler le secrétariat d’Etat au Tourisme. Les propositions avancées dans le cadre de cette grande consultation concernent notamment le digital : création d’un portail de promotion du territoire, application pour les visiteurs, généralisation du wifi dans l’ensemble du pays, meilleure collaboration avec les pépinières et autres incubateurs.

Avec Fleur Pellerin aux manettes du secteur, ces pistes d’avenir ont des chances d’avancer. "Je pense que la continuité sera assurée, ajoute Frédéric Vanhoutte. Fleur Pellerin était très impliquée et informée, en étroite collaboration avec Sylvia Pinel". Sylvia Pinel qui parlait pour sa part davantage de sujets traditionnels, comme l’accès aux vacances pour tous, que de digital.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique