Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Face aux drones, l’aéroport de Roissy teste sa défense

Pour des questions de sécurité, ADP, Thales, et les services de la navigation aérienne (DSNA) expérimentent jusqu’au mois de juin une solution de détection de drones à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Depuis le 2 février dernier, la Federal Aviation Administration américaine enquête sur le vol d’un drone juste au-dessus d’un atterrissage à l’aéroport international McCarran à Las Vegas. L’été dernier, un drone non autorisé survolant l’aéroport de Londres Gatwick a stoppé les opérations sur deux pistes, et retardé les vols durant des heures.

Un nouveau système testé à Roissy

Quand l’aéroport a détecté un drone, il doit rediriger les avions arrivants, les garder en vol dans des schémas d’attente à proximité. Certains doivent être redirigés vers d’autres aéroports parce qu’ils n’ont pas assez de carburant pour continuer à tourner. Les avions sur le tarmac sont également immobilisés.

Les drones sont donc persona non grata aux alentours des aéroports, mais pour les neutraliser encore faut-il les détecter. Dans un communiqué, ADP, Thales et la direction des services de la navigation aérienne (DSNA) indiquent être en train de tester Hologarde à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, l’un des dix plus grands aéroports au monde, jusqu’en juin. Cette technique de détection des drones devrait permettre d’éviter les collisions avec les avions qui atterrissent ou décollent. Il permettra de visualiser les drones, de les localiser et de les neutraliser.

Un système de détection secret

Cependant, les groupes ne détaillent pas le fonctionnement d’Hologarde. On sait que cette solution comporte des « capteurs de nouvelle génération intégrés dans un système de contrôle innovant » selon Maurice Georges, le directeur de la DSNA.

Ce dispositif devrait intéresser de nombreux aéroports et autres responsables de sites sensibles. En effet, les risques de collision entre les drones et les avions sont en forte hausse, notamment au voisinage des aéroports. En 2016, l’agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a recensé 1 400 incidents en Europe impliquant des drones et des avions contre 606 entre 2011 et 2015.