Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Europe du Nord/ Scandinavie

Enfumés par le volcan Eyjafjöll, les résultats des TO dans les pays de la zone ont été contrastés en 2010. L’Autriche et l’Écosse font figure de gagnantes mais la Scandinavie accuse le coup.

Difficile d’y voir clair derrière l’écran de fumée volcanique de l’Eyjafjöll. Le nord de l’Europe, plus que toute autre région du monde, a dû composer, durant plusieurs semaines, avec l’éruption islandaise, au rythme des fermetures et réouvertures d’aéroports, en pleine saison des city-breaks de printemps. La fréquentation française a pourtant augmenté dans la plupart des pays de la zone. Et même pour les voyagistes, le cru 2010 n’est pas si mauvais si l’on en croit les chiffres du Ceto, qui indiquent une hausse de 8,3 % des ventes de voyages à forfait dans la région durant l’exercice (du 1er novembre 2009 au 31 octobre 2010) par rapport à l’année précédente. Une première après plusieurs années marquées par un recul structurel de l’activité des TO au profit des compagnies low-costs et des agences en ligne. Le succès des voyagistes classiques n’a d’ailleurs pas empêché les pure-players de continuer eux aussi à progresser, à l’image de Go Voyages, particulièrement en forme en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Reste que, dans le détail, la situation par destination et par TO est assez contrastée. Au tableau d’honneur, l’Autriche apparaît comme l’une des gagnantes de l’année. Outre Travel Europe/Visit Europe, toujours grand leader dans le pays, c’est surtout Top of Travel qui y a progressé (72 % de clients en plus qu’en 2009), après une refonte de sa production.

UN BILAN PLUTÔT CONTRASTÉ

Top avait aussi décidé de faire de l’Écosse l’une de ses nouveautés 2010, surfant sur le regain d’intérêt des Français pour la destination depuis deux ans. Une nouvelle concurrence pour Vacances Transat et surtout Gaéland Ashling (qui ne nous a communiqué aucun chiffre), après l’arrivée de Quartier Libre en 2009. Mais, à coups de brochures dédiées et de vols charters, tout le monde semble avoir profité de la croissance de la demande. Le reste de la Grande-Bretagne a en revanche accusé le coup.

Après une excellente année 2009, la fréquentation française de la destination a reculé l’an dernier, laissant les TO dans des situations assez variables. Bilan tout aussi contrasté en Irlande, où Vacances Transat s’est effondré (-46 %) pendant que Brittany Ferries a progressé de 13 %. Mais c’est surtout la Finlande et la Norvège qui ont souffert en 2010, avec des ventes qui ont décroché chez presque tous les TO. L’éruption islandaise explique sans doute cette baisse en Norvège, où la saison se joue habituellement en été (Hurtigruten a par exemple glissé de 10 %), mais pas celle constatée en Finlande, où c’est l’hiver en Laponie qui sert de locomotive. Tout au nord de l’Europe, la bonne surprise est en réalité venue de l’Islande elle-même. Même si les TO ont fini la saison en baisse par rapport à 2009, alors que les réservations engrangées avant la crise volcanique laissaient espérer un cru exceptionnel, l’éruption de l’Eyjafjöll a finalement servi de coup de pub au pays, suscitant une nouvelle curiosité.

Malgré l’écran de fumée volcanique de l’Eyjafjöll, le cru 2010 n’est pas si mauvais, avec une hausse de 8,3 %

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire