Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Euro Disney recapitalisé à hauteur d’un milliard d’euros

L'exploitant de Disneyland Paris a annoncé lundi un projet de recapitalisation soutenu et garanti par sa maison mère américaine The Walt Disney Company, censé lui donner de l'air pour les années à venir.

Euro Disney serait-il en difficultés ? Le groupe a annoncé ce matin une recapitalisation de l’entreprise à hauteur d’un milliard d’euros, qui compte 3 volets.

"Le premier volet, c’est une augmentation de capital, qui va nous apporter plus de 400 millions d’euros. Le deuxième volet, c’est une conversion de dettes en capitaux propres, pour l’émission de nouvelles actions, pour 600 millions d’euros, et troisièmement, on va reporter les échéances de remboursement de notre dette jusqu’à maturité en 2024, ce qui va nous apporter plus de 800 millions d’euros de liquidités pour l’entreprise afin d’investir dans notre destination", détaille Mark Stead, directeur général adjoint finances d’Euro Disney.

Plus de 700 000 visiteurs perdus en 2014

Cette opération financière intervient alors que la fréquentation des deux parcs du site de Marne-la-Vallée a de nouveau sensiblement diminué en 2014, a averti Euro Disney lundi, avec pour l'exercice 2014 (clos au 30 septembre) entre 14,1 et 14,2 millions de visiteurs. C'est 700 000 à 800 000 de moins qu'en 2013, année qui avait déjà été marquée par un recul de plus d'un million d'entrées et le passage sous les 15 millions.

"Disneyland Paris est la première destination touristique en Europe, mais la dégradation de l'environnement économique et le poids de la dette du groupe ont fortement impacté ses recettes et sa liquidité", explique Tom Wolber, le nouveau président d'Euro Disney, qui a pris ses fonctions mi-septembre.

Vers une OPA ?

Ce plan de recapitalisation et restructuration financière devrait se traduire par une probable OPA et pourrait donc, à terme, aboutir à un retrait d'Euro Disney de la Bourse de Paris.

"C'est une éventualité, mais ce n'est pas absolument pas l'intention ni la finalité de l'opération. C'est entre les mains des actionnaires", indique Mark Stead.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique