Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Eluxtravel : pourquoi Frédéric Savoyen parie sur la distribution physique

Après Mytravelchic, devenu Idiliz et revendu au groupe MisterFly, Frédéric Savoyen se lance un nouveau défi et mise sur les points de vente physiques.

« Evidemment, les points de vente physiques sont toujours pertinents », déclare Frédéric Savoyen, après l’inauguration de son agence parisienne aux couleurs d’Eluxtravel, un TO relancé depuis un an. Une agence que l’ancien patron de Nosylis et de MyTravelChic préfère qualifier de « salon de voyages ». Avec cette adresse, installée au 53 rue de la Tour dans le 16ème arrondissement de Paris, Eluxtravel promet quelque chose « qui n’a rien à voir avec une agence de voyages traditionnelle. En voyant la vitrine et la configuration des lieux, qui tend à redonner du lien entre le client et le vendeur, on comprend qu’on ne rentre pas dans le salon de voyages pour un vol simple Paris-Toulouse », explique Frédéric Savoyen.

« Je ne renie pas le digital »

Mais alors, pourquoi rentre-t-on dans l’une des deux agences d’Eluxtravel – la première étant située à Versailles, où le TO a installé son siège social ? « Pour trouver des conseillers à même de proposer des voyages haut de gamme, mais plus axés sur l’expérientiel que sur la prestation pure et dure. Dormir sous une bulle en Patagonie, déguster des grands crus dans le désert du Mexique ou encore arpenter les dunes de l’Agafay à cheval sont le genre d’expériences qu’on va proposer, plutôt qu’un assemblage de prestations de luxe », précise le dirigeant.

A l’heure de la technologie à tout-va, et pour un spécialiste de la distribution en ligne, pourquoi parier sur l’ouverture de points de vente physique ? « Les salons de voyage sont pertinents s’ils répondent à une typologie de clientèle, un marché dédié. Je ne renie pas le digital, j’y ai passé 7 ans. Mais cela m’a permis de comprendre que vendre du sur-mesure pointu sur Internet, c’est impossible. Il y a des dizaines de détails et demandes précises qu’un logiciel ne peut pas anticiper ».

Objectif : 5 points de vente en 2019

Frédéric Savoyen compte donc conquérir le sur-mesure, un marché dynamique, mais déjà occupé par les marques de référence, de Voyageurs du Monde à Marco Vasco en passant par Nosylis (marque reprise par Directours après son dépôt de bilan). « Nous sommes encore dans une phase de construction, mais nous devons nous développer rapidement pour marquer notre territoire. D’ici à la fin de l’année, nous devrions ouvrir une autre agence parisienne. Nous voulons avoir au moins 5 points de vente à la fin de l’année 2019 ».

Les salons de voyages, qui pourraient ouvrir en banlieue et en province, auront un nouveau site Internet, en septembre. « Il s’agira d’un site inspirationnel et communautaire. Les clients qui auront réservé auront également accès à leur dossier mais le site ne sera pas marchand », conclut Frédéric Savoyen.