Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Dossier de l’été : Accor et désaccords

Le premier groupe hôtelier français a connu un premier semestre mouvementé. Actionnaires, salariés et franchisés sont montés au créneau suite au départ précipité de leur PDG Denis Hennequin.

C’est un Conseil d’administration pas comme les autres qui s’est tenu le 23 avril dernier. PDG du groupe Accor depuis le 1er décembre 2010, Denis Hennequin s’est fait débarquer manu militari par les sociétés d'investissement Colony et Eurazeo, qui détiennent un peu plus de 20% du capital et 4 sièges sur 10 au conseil d'administration.

Depuis son arrivée, Denis Hennequin avait mis en place la stratégie fixée par les deux fonds. Baptisée "asset light", elle visait à ramener à 20% la part des hôtels gérés en pleine propriété, contre 43% actuellement. "Denis Hennequin a émis des réserves sur une accélération des cessions", justifiait, deux jours plus tard Philippe Citerne, le nouveau président du Conseil d’administration, lors de l’assemblée générale des actionnaires. Très remontés, ces derniers – tout comme les salariés qui manifestaient en même temps à l’extérieur du bâtiment – n’ont pas compris cette décision, et ont exprimé clairement leurs inquiétudes.

Denis Hennequin est, pour l’heure, toujours remplacé par un trio "de transition" composé de l'ex-banquier Philippe Citerne, du patron de Colony Capital Sébastien Bazin et du directeur général délégué Yann Caillère, respectivement président non exécutif, vice-président et directeur général.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique