Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Destination AlUla en Arabie Saoudite : la parole à Nicolas Lefebvre, Directeur Tourisme et Hospitalité chez AFALULA

AlUla est un secret bien gardé situé sur l’historique route de l’encens qui traversait naguère la péninsule arabique. C’est un lieu unique où s’entremêlent les vestiges de civilisations disparues, des paysages montagneux époustouflants et une longue oasis vivante et verdoyante.

Nicolas Lefebvre Directeur Tourisme et Hospitalité chez Afalula, Agence française pour le développement d’AlUla
Nicolas Lefebvre, Directeur Tourisme et Hospitalité chez Afalula, Agence française pour le développement d’AlUla

Nicolas Lefebvre, vous êtes un professionnel du tourisme reconnu ; vous avez notamment été directeur général de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris, qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre AFALULA, l’Agence française pour le développement du site culturel et patrimonial d’AlUla en Arabie saoudite ?

Nicolas Lefebvre : Deux choses principalement. D’abord le projet lui-même bien sûr, un projet hors normes d’aménagement, de mise en valeur, de développement, mais aussi de préservation d’une région inconnue, lointaine et reculée, mais riche d’un potentiel exceptionnel lié à son histoire multimillénaire, à ses paysages et à son environnement naturel. Mais ce qui m’a également motivé, c’est le contexte de ce projet incroyable, celui d’un pays, l’Arabie saoudite, mal connu et mal aimé, qui fait le choix de s’ouvrir au tourisme ; ce qui apparaît comme un choix à la fois judicieux, mais aussi très audacieux quand on sait ce qu’était ce pays il y a encore quelques années.

 

Créée suite à un accord intergouvernemental entre l’Arabie saoudite et la France, AFALULA a été officiellement fondée en juillet 2018 à Paris, quelle est sa mission ?

Nicolas Lefebvre : L’agence AFALULA a été créée par le gouvernement français pour mettre en œuvre l’accord signé en avril 2018. Elle est présidée par Gérard Mestrallet, l’ancien président du groupe Engie. Sa mission est double. Elle est d’abord de co-construire le projet de développement d’AlUla, en tant que partenaire privilégié de la Commission royale pour AlUla (RCU), l’organisme saoudien en charge du projet. Elle est aussi de faire connaître le projet aux entreprises françaises et de promouvoir l’expertise et les savoir-faire français pour sa réalisation. En particulier et dans ce cadre, AFALULA a été assez logiquement chargée de la promotion touristique d’AlUla en France.

AlUla
©Royal Commission for AlUla

Située à 1 100 km de Riyad, dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, AlUla est une région encore méconnue du grand public, quels en sont ses principaux atouts en termes de richesses archéologiques et d’environnement naturel ?

Nicolas Lefebvre : AlUla est encore en effet un secret bien gardé situé sur l’historique route de l’encens qui traversait naguère la péninsule arabique. C’est un lieu unique où s’entremêlent les vestiges de civilisations disparues, des paysages montagneux époustouflants et une longue oasis vivante et verdoyante. La région d’AlUla abrite ainsi des milliers de sépultures, dont les plus remarquables à Hégra, une ancienne cité nabatéenne, premier site classé au patrimoine mondial de l’Unesco en Arabie saoudite.

Mais, AlUla, c’est aussi plus de 7 000 ans d’histoire taillés, sculptés et gravés dans les parois rocheuses, en particulier celle des antiques royaumes du nord de l’Arabie. C’est enfin un environnement naturel exceptionnel par sa beauté et sa diversité : une oasis multimillénaire tapie dans sa vallée, des canyons sablonneux creusés dans les hauts massifs de grès, un vaste plateau basaltique au décor lunaire et de multiples affleurements rocheux aux formes étonnantes, sculptés au fil du temps par l’eau, le sable et le vent. En un mot, une destination idéale pour une découverte mêlant patrimoine, culture et nature.

 

La valorisation de la région, pilotée par la Commission royale pour AlUla (RCU), s’inscrit dans le cadre de la Vision 2030 du royaume d’Arabie saoudite, avec quels objectifs en matière de durabilité, de développement économique et de fréquentation touristique ? Qu’en est-il du masterplan intitulé « Voyage à travers le temps » ?

Nicolas Lefebvre : Une des premières étapes de ce grand projet a été d’élaborer le masterplan qui dessine la destination culturelle et touristique mondiale qu’AlUla ambitionne de devenir à l’horizon 2035. Il a été baptisé « Voyage à travers le temps » afin de marquer l’ancrage d’AlUla dans la riche et longue histoire de cette région du monde. À travers ses différents sites, on y parcourt plus de 7 000 ans d’histoire du néolithique à nos jours.

Le masterplan part du constat qu’AlUla est l’un des plus fascinants et éloquents exemples de paysage culturel dans le monde, œuvre multimillénaire issue de la collaboration des hommes et de la nature. C’est un projet de revitalisation des espaces, notamment de l’oasis historique, de préservation et de mise en valeur des sites et de développement au service des populations locales, dans le respect scrupuleux de cet héritage exceptionnel.

Le masterplan définit cinq secteurs prioritaires, chacun ayant sa propre identité et se rattachant à une époque de la longue histoire d’AlUla : de la vieille ville datant du XIIIe siècle jusqu’à la cité historique d’Hégra du sud au nord, en passant par les secteurs de Dadan et Jabal Ikmah et par le vaste secteur de l’horizon nabatéen. Ces cinq secteurs seront reliés entre eux par le « Wadi de l’hospitalité », un corridor vert de 20 km de long irriguant la vallée d’AlUla. Ils abriteront chacun quelques-uns des quinze hauts lieux culturels qui vont être développés autour des sites patrimoniaux pour faire d’AlUla le plus grand musée vivant à ciel ouvert du monde. Pour ne citer que les lieux les plus emblématiques : le Kingdoms Institute, un centre mondial pour la connaissance et la recherche archéologique dédié aux cultures et aux civilisations qui ont prospéré à AlUla depuis 7 000 ans, le musée et le théâtre d’Hégra, les Perspective Galleries dédiées à l’art contemporain qui aura toute sa place à AlUla. Ces développements sont conduits avec une haute ambition environnementale, en particulier en termes de réduction de l’empreinte carbone.

L’objectif est à terme de recevoir annuellement 2 millions de visiteurs. Plus de 9 000 chambres et hébergements hôteliers seront créés pour les accueillir. Cette nouvelle économie touristique durable va permettre de créer 38 000 emplois et de nombreux équipements pour une population locale qui atteindra 130 000 personnes en 2035.

©Royal Commission for AlUla

Quels sont les projets en cours au regard de l’accès aérien et de l’offre hôtelière ?

Nicolas Lefebvre : Côté aérien, l’aéroport d’AlUla a récemment reçu l’autorisation de recevoir des vols internationaux, grâce à la rénovation et la modernisation des infrastructures réalisées par la RCU qui ont permis de porter la capacité à 400.000 passagers. Depuis la France, la compagnie aérienne Saudia Airlines vole vers et depuis l’aéroport d’AlUla avec quatre vols hebdomadaire au départ de Riyad les samedis, dimanches, mardis, jeudis. Les vols reviennent à Riyad le même jour. Deux vols hebdomadaires au départ de Djeddah complètent le dispositif. Des vols en provenance d’autres villes et pays de la région (Dammam, Dubaï, Qatar) seront également programmés dans un avenir proche.

Avec l’expansion aérienne, l’offre hôtelière s’étoffe également et AlUla voit s’installer de prestigieuses marques hôtelières. Le groupe Accor étend l’actuel Ashar Resort sous la marque Banyan Tree avec l’ajout de 47 nouvelles chambres pour un total de 82 villas de luxe, un spa et plusieurs restaurants, dont l’ouverture est prévue à l’automne 2021. Dans le même temps, le groupe Habitas, qui se déploie à l’international, s’apprête à ouvrir un éco resort en septembre 2021, composé de 100 villas haut de gamme. Aman a également annoncé son arrivée à AlUla à partir de 2023, avec trois projets pour un total de 150 chambres. D’autres projets seront annoncés dans les prochains mois.

Enfin, Jean Nouvel a été retenu pour concevoir un ensemble hôtelier exceptionnel que l’architecte a conçu sculpté dans les massifs rocheux dans un but de respect total du paysage environnant. Situé dans la réserve de Sharaan à l’est d’AlUla et prévu pour une ouverture en 2024, le complexe comprendra 40 suites et trois villas. Sans doute une construction qui marquera durablement l’architecture du Moyen Orient.

Tous ces projets hôteliers s’inscrivent dans le plan de transformation d’AlUla en une destination culturelle et touristique haut de gamme ayant la capacité d’offrir à ses visiteurs du monde entier plus de 9 000 clés en 2035.

 

AlUla
©Royal Commission for AlUla

Quel message voudriez-vous faire passer aux professionnels du tourisme pour les inciter à programmer la région d’AlUla et/ou à proposer la destination à leurs clients ?

Nicolas Lefebvre : Encore quasiment inexplorée, AlUla dévoile tout juste ses secrets aux touristes internationaux. C’est un joyau culturel et naturel où le temps semble s’être arrêté. Quand on découvre ce lieu pour la première fois, c’est un choc, bien au-delà de ce qu’on a pu éprouver devant les films et les photos. Alors soyez parmi les premiers à visiter ces lieux magnifiques totalement préservés !

Alors que ce soit au sein d’un circuit Arabie saoudite ou combiné à d’autres destinations au Moyen-Orient, AlUla est incontestablement la nouvelle destination qu’attendent les visiteurs en quête de nouveauté et de dépaysement. Nous vous attendons dès la réouverture des frontières.

 

Site internet : www.experiencealula.com

Agence française pour le développement d'Alula

Alula

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique