Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Dans 4 jours, les Dreamliner d’Air France ne pourront plus décoller

Alors que l’intersyndicale veut durcir le conflit social chez Air France, en annonçant 4 nouveaux jours de grèves en mai, nouveau conflit avec la direction : le SNPL refuse pour pour l’heure de signer un accord sur le protocole instructeurs des B787.

Déjà empêtrée dans une grève qui a coûté plus de 300 millions d’euros à la compagnie, la direction d’Air France va devoir clouer au sol certains de ses Boeing 787 tout neufs, à partir du 1er mai prochain. En cause ? Le refus du SNPL, le syndicat majoritaire chez les pilotes, de renouveler un accord sur les instructeurs pour ce type d’avion. Selon La Tribune, Air France souffrirait alors d’un manque de pilotes instructeurs d’avions 787.

Le SNPL au centre du conflit

« La poursuite de nos opérations 787 est aujourd’hui conditionnée par la prolongation, par le SNPL, de l’accord relatif à la mise en ligne du 787 (signé en juillet 2016), soulignent deux commandants de bord de Boeing 787, Thierry Bellot, responsable du projet 787 et Serge Vito, responsable de la formation 787, dans un courrier adressé aux pilotes d’Air France. Le SNPL a accompagné le lancement du 787 depuis l’origine du projet. Cet accord permet l’utilisation d’instructeurs issus du 777, assurant majoritairement les actes d’instruction et de contrôle, le temps de permettre l’arrivée progressive d’instructeurs 787 appelés à terme à les remplacer. Il prend fin le 30 avril et nous sommes toujours en attente de la signature de sa prolongation, malgré une échéance très proche. » Selon les pilotes, la lettre était destinée à informer « sans aucun esprit polémique mais sans masquer non plus les réalités ».

Annulations de vol à prévoir

L’immobilisation de ses 787 neufs serait une nouvelle catastrophe pour Air France, déjà empêtrée dans un conflit social. Actuellement, 66 pilotes et commandants de bord suivent le programme d’accès au Boeing 787.

Faute de signature pour son prolongement, Air France a d’ores et déjà prévu de clouer au sol un Boeing 787 à partir du 1er mai alors même qu’il devait s’envoler pour Canton, en Chine. Il sera remplacé par un Boeing 777 à partir du 2 mai, mais ces changements vont conduire à des annulations de vol.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique