Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

CWT France taille encore dans ses effectifs

Face à la montée en puissance du online, le leader du voyage d'affaires met en place son troisième PSE en quatre ans. 194 postes devraient être supprimés et les sites de Villepinte, Marseille, Lyon et Strasbourg fermés d'ici à 2014.

Carlson Wagonlit Travel est – de nouveau – contraint de se séparer d'une partie de ses équipes. Dans une lettre envoyée le 10 janvier à l'ensemble des salariés du groupe, le directeur général France de Carlson Wagonlit Travel, Bertrand Mabille, annonce le déploiement d'un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi), qui aboutirait à la suppression de 194 postes d'ici à fin 2014. « La montée du online génère un sureffectif et nous conduit à engager la dernière phase de la réorganisation du réseau », explique-t-il dans ce courrier que L'Écho touristique s'est procuré. Ce PSE, présenté au CCE (comité central d'entreprise), s'inscrit dans le nouveau plan stratégique à trois ans appelé Évolution 2015, et qui sera présenté aux équipes business travel dans les prochaines semaines. « Évolution 2015 dessine les contours d'un nouveau modèle pour l'activité voyage d'affaires reposant sur une montée du online à hauteur de 50 % (…) les transactions simples seront en majorité automatisées tandis que les transactions complexes resteront traitées en offline », précise également le courrier.

 

REGROUPEMENT DE SITES

Dans les faits, ce nouveau plan social, le troisième depuis 2009, va conduire à la fermeture de plusieurs sites. « Les salariés de Marseille et de Lyon seront regroupés sur le site de Saint-Étienne, ceux de Strasbourg sur Belfort et ceux de Villepinte sur Nanterre », détaille Bertrand Mabille. « Le but à terme n'est pas de fermer tous nos sites en régions. Saint-Étienne, Clermont-Ferrand, Lille, Nantes et Bordeaux perdureront », ajoute-t-il. Marseille sera le premier site à fermer ses portes, dès le mois d'avril.

Dans les prochaines semaines, la direction de CWT France va engager des négociations avec les organisations syndicales portant sur les conditions de départ et d'accompagnement des employés. « Nous avons les moyens de permettre aux salariés de partir dans de bonnes conditions », assure Bertrand Mabille. Comme lors du précédent PSE, les départs volontaires et les reclassements seront privilégiés, dans la mesure du possible. « Des salariés devront quitter l'entreprise car tous ne pourront pas être mobiles », nuance le patron du réseau, qui ajoute plus globalement : « le business travel a moins besoin d'agents de voyages ». Havas Voyages n'est, pour autant, pas concerné par ce PSE.

 

2013 : UNE ANNÉE BLANCHE

Outre l'évolution du modèle, c'est l'activité business travel dans son ensemble qui est en perte de vitesse. Après une progression du volume d'affaires en 2011 de +5 %, CWT France a enregistré « un léger retrait » en 2012. « Il y a eu une forte contraction de l'activité chez certains clients à partir de septembre ». Et 2013 ne s'annonce pas mieux : « l'année sera blanche en termes de croissance », assure Bertrand Mabille.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique