Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisière

Après des années marquées par une faible progression, le marché de la croisière s’est emballé en 2007. Avec leurs paquebots géants, les compagnies se veulent les nouveaux concurrents des villages-clubs.

Le marché de la croisière a accéléré la cadence en 2007 avec une belle progression de 16 % par rapport à l’année précédente. Quelque 280 000 Français ont ainsi choisi de passer leurs vacances sur un paquebot (plus de 2 nuits à bord), selon les chiffres diffusés par France Ferries et Croisières (FFC). Costa n’a pas souhaité, pour cette édition, nous communiquer ses chiffres, nouvelle stratégie de groupe oblige. Cependant, sans trop se tromper on peut estimer que la compagnie truste à elle seule 50 % du business, soit 140 à 150 000 passagers devant MSC, qui rattrape doucement son retard (+48 % de clients français par rapport à 2006). « La croisière est un produit qui s’impose enfin chez les distributeurs, estime François Weill, président de FFC, même si cette croissance ne nous permet pas encore de rattraper notre retard. » Selon lui, deux éléments ont freiné l’évolution de la croisière en France. Tout d’abord, le fait qu’à l’inverse de leurs confrères européens, les voyagistes français n’affrètent pas de bateaux ou ne créent pas leur propre division croisière. Mais ce qui fait le plus défaut au secteur, « c’est de ne pas comprendre sa variété qui se révèle finalement aussi large que l’ensemble du tour operating ». La France pointe du coup toujours à la 5e place en Europe (et à la 7e au niveau mondial), marché qui reste dominé par la Grande-Bretagne (+11 % à 1,3 million) devant l’Allemagne (+8 % à 763000), l’Italie (+23 % à 636 000) et l’Espagne (+11 % à 435 000). À la croisière en haute mer, il convient en outre d’ajouter les 180 000 passagers réalisés par les compagnies de croisières fluviales (CroisiEurope, Transtours, Mondotours…). « Notre part de marché dans le tour operating hexagonal est de 7 %, 12 % avec le fluvial, contre seulement 3,5 % en Allemagne », souligne François Weill. L’année 2007 a été marquée par une nouvelle augmentation des capacités grâce au lancement de paquebots comme le MS Fram, le MSC Orchestra et le Costa Serena, plus spécifiquement destinés au marché français. Les nouveaux géants des mers, dont les longueurs dépassent aujourd’hui allègrement les 300 m, n’ont plus grand-chose à voir avec les paquebots de 500 à 800 passagers, encore la norme il y a une quinzaine d’années. Les futurs bateaux de la gamme Genesis de Royal Caribbean pourront ainsi accueillir jusqu’à 5 400 passagers ! Et les dernières réalisations de Costa, avec des capacités de 3 700 croisiéristes, suivent le mouvement tout comme celles de MSC, son nouveau challenger en Europe, qui lance en rafale ses paquebots.

le cap des 300 000 Français ?

Côté distribution, si les agences spécialisées ont poursuivi leur développement (représentant parfois jusqu’à 25 % des ventes de certains opérateurs), les compagnies ont peaufiné leur site professionnel et Amadeus a lancé, avec un succès plus que mitigé, Amadeus Cruises. Réussite au contraire, le premier Jour le plus long de la croisière organisé par FFC en octobre dernier dans plus de 700 agences hexagonales sera reprogrammé cette année les 17 et 18 octobre. « 1 300 agences se sont inscrites et les réseaux ont vraiment joué le jeu cette année », précise François Weill. Avec des produits inédits sur le marché (des bateaux toujours, mais aussi une compagnie 100 % francophone avec Croisières de France et son paquebot le Bleu de France, programmé en exclusivité cet hiver par Marsans dans les Caraïbes), 2008 devrait afficher une nouvelle progression du nombre de croisiéristes français. De là à dépasser les 300 000 passagers comme annoncé par FFC…

L’année 2008 devrait afficher une nouvelle progression du nombre de croisiéristes français

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique