Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Crise et vacances : miser sur la valeur ajoutée

Selon Françoise Riera-Dabo, la quête d’authenticité, d’émotion, de sensations reste une demande forte sachant que plus le quotidien est gris plus on aura besoin d’évasion. Mais la  crise rend surtout le consommateur plus regardant, plus exigeant. Avec la montée de l’inquiétude et d’un sentiment de défiance généralisée, il choisira l’offre de voyage qui lui semble présenter le plus de valeur ajoutée. Il en veut pour son argent. Le contenu doit donc être soigné, l’offre encore plus lisible. « Sur un malentendu, ça peut marcher disait Michel Blanc dans le film les Bronzés. En période de crise, l’opérateur qui tient ce raisonnement n’ira pas loin », prévient Françoise Riera-Dabo. Et ce n’est pas le prix à tout prix qui fera la différence.  La consultante préconise donc aux tour-opérateurs de ne surtout pas relâcher leurs efforts. « On peut être tenté en temps de crise de faire des économies de service, de communication, de qualité. Au contraire, il faut être encore plus rigoureux, mobilisé sur tous les fronts car la crise exacerbe l’exigence de valeur ajoutée. C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus dit Warren Buffet. Et bien, en temps de crise, mieux vaut avoir un beau short, avec de belles couleurs ! » La crise va inciter les TO à poursuivre un travail de fond, déjà bien engagé pour la plupart, de clarification, d’explication, d’enrichissement, de leur offre. Les autres ne survivront pas d’autant que la crise accentue également l’autonomisation des comportements et que la tentation de se débrouiller seul sera encore plus forte. Les opérateurs qui sauront se démarquer continueront à susciter l’intérêt des consommateurs.