Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[Congrès Cediv] Des pistes pour remonter le moral des salariés

Lors de la convention du Cediv, la question stratégique des ressources humaines a été abordé. A commencer par la motivation des collaborateurs, et surtout un sujet qui dérange : le salaire.

Les enjeux sont de taille en la matière, après la crise sanitaire qui a secoué l’industrie du tourisme pendant plus de deux ans. Malgré la bonne volonté de certains dirigeants, nombreux sont les salariés qui ont préféré changer d’employeur ou de secteur

La question des ressources humaines était au coeur d’un grand débat lors du congrès du Cediv, organisé du 3 au 10 décembre dans les Caraïbes à bord du MSC Seaside. Cette table ronde réunissait Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du Voyage, Jean Geneyne, président de SLD Voyages, Christian Marty, directeur de Mikadoo, Isabelle Mislanghe, directrice de Soleil Voyages, Ali Ben Slimane, directeur commercial de Thalasso N°1, Camille Ruiz, avocate, et L’Echo touristique. Pour tous ces grands témoins, la rémunération demeure le point noir qui crispe les relations entre salariés et dirigeants.

D’ailleurs, selon un sondage mené récemment par L’Echo touristique auprès de près de 900 pros travaillant dans des agences ou des TO, le salaire est un facteur décisif de motivation. Les employés préfèrent, à près de 80%, une augmentation de salaire à toutes les autres options que nous avions listée : accord d’intéressement et/ou de participation, davantage de télétravail, ne pas travailler le samedi… Tous les résultats de cette grande enquête sont dans notre magazine trimestriel en cours de distribution chez nos abonnés, et bientôt sur notre site en accès réservé.

Primes, intéressement, participation

Il existe des pistes pour attirer et fidéliser les salariés, avantageuses à la fois pour les salariés et parfois pour les dirigeants, explique Camille Ruiz, avocate spécialiste du droit du travail. Il s’agit des primes sur objectifs et des mécanismes d’intéressement ou de participation. 

Aujourd’hui, « ce sont des pratiques qui sont malheureusement peu utilisées », précise l’avocate, ce que confirme aussi notre enquête. Or ces leviers permettent souvent de diminuer une certaine pression sociale et surtout fiscale, tout en redonnant le moral aux salariés.

Un avis que partage aussi Valérie Boned.« Rien n’est encore bouclé, mais le syndicat patronal travaille intensément sur les pistes proposées par Camille Ruiz, ajoute-t-elle. Nous devrions bientôt présenter à nos adhérents un projet constructif. » 

« Nous menons actuellement avec les syndicats professionnels des négociations salariales », a-t-elle complété, suite au rejet par les syndicats des employés de la hausse des salaires de base de 7,15%.

A lire aussi : Améliorer l’attractivité des agences et TO : le mode d’emploi des EdV

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique