Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Calme, nature et bains bouillonnants : les envies d’escapades post-confinement, selon Weekendesk

Weekendesk a sondé les envies d’évasion des Français, qui ont plus que jamais des envies d’ailleurs après plusieurs semaines de confinement. Mais certaines de leurs priorités ont changé.

Bonne nouvelle, ils n’auront finalement pas à braver la limitation des 100km pour s’offrir un bol d’air. La levée de la mesure est visiblement intervenue à temps : d’après une étude menée par Weekendesk avec Opinionway*, un Français sur cinq se disait prêt à enfreindre cette règle si la barrière des 100km venait à perdurer. C’est dire si les Français ont des envies d’ailleurs. “Comme l’essentiel de l’industrie touristique, les réservations se sont écroulées pendant le confinement, raconte Sébastien Venturini, le CEO de Weekendesk. Mais par chance, compte tenu de notre positionnement, notre compteur n’est jamais tombé à zéro. Depuis les annonces du 14 mai, les réservations ont bondi de 196% et le trafic de notre site de 95% détaille-t-il, un phénomène que de nombreux autres professionnels ont constaté. Suite aux dernières annonces du Premier ministre, le 28 mai, le volume des réservations du site a doublé en France entre 17h et 20h, confirmant une nouvelle fois l’envie de changer d’air.

Un besoin de se ressourcer après le confinement

Selon l’étude, ils sont d’ailleurs 1 Français sur 4 à prévoir de partir ces prochaines semaines pour une courte escapade. C’est le cas notamment de 32% des 25-34 ans. 19% des sondés ont quant à eux prévu de partir pour des vacances d’une ou deux semaines, rapporte Weekendesk. Enfin, côté budget, 32% des Français prévoient une enveloppe de moins de 300 euros et 27% entre 300 et 599 euros. « Après plusieurs mois de confinement, le site enregistre de fortes demandes pour des séjours à deux », témoigne Sébastien Venturini. « Le besoin de se retrouver sans les enfants, de casser la casser la routine du confinement se fait plus que jamais ressentir depuis ces dernières semaines. D’ailleurs Weekendesk constate une augmentation significative pour des requêtes pour profiter d’un bain à remous privatif, tendance forte post-confinement.

Les envies divergent néanmoins selon les générations. Si les millennials ont envie de partir après avoir vécu plusieurs weekends confinés (50% des 18-24 ans et 52% des 25-34 ans), les plus de 35 ans désirent encore rester chez eux (60% des 35-49 ans et 59% des 50-64 ans). Quand 50% des 18-24 ans veulent vivre de nouvelles expériences pendant leur week-end, les plus de 25 ans veulent du repos et du calme, notamment les 35-49 ans (76%). L’expérience de confinement a été telle que le besoin de se ressourcer est plus que jamais présent dans l’esprit des Français. Ainsi, toutes tranches d’âges confondues, 67% des Français ont envie de calme et de repos et seulement 25% veulent vivre de nouvelles expériences, souligne l’étude. Des voyageurs qui se rejoignent dans l’envie de nature et de grands espaces (76% des sondés), quand seulement 15% ont envie de séjourner en ville. 70% des sondés veulent passer du temps avec la famille et les amis, quand 22% veulent passer du temps… sans les personnes avec qui ils étaient confinés.

Le prix reste le principal critère

Dans ce contexte de crise sanitaire, les critères pour choisir un hôtel ou un week-end ont eux aussi évolué. Si le prix reste le principal critère (pour 63% des sondés), l’hygiène, la propreté arrive en deuxième position (56%), suivis par le confort de l’hôtel (35%). “Sur ce point, les hôteliers avec qui nous travaillons ont su faire preuve de créativité, remarque Sébastien Venturini. Ils développent l’offre de Room Service, propose des mini buffets en chambre, le check-in en ligne… il y a des choses très intéressantes.” L’accès au wifi se trouve quant à lui relégué en septième position. “Après un confinement très connecté, les gens ont envie de s’éloigner un peu de la technologie, confirme Sébastien Venturini.” A ses yeux, cet été particulier devrait aussi permettre d’ancrer davantage le tourisme de proximité dans les habitudes des Français. Des circonstances qui pourraient être profitables à ce site, qui construit depuis 15 ans son positionnement sur ce type d’offre. “Les touristes étrangers ne s’y trompent pas, ils viennent parce que notre pays est beau”, rappelle Sébastien Venturini.

*Sondage Opinionway pour Weekendesk menée du 22 au 23 mai 2020 auprès d’un échantillon de 1 113 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique