Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Blablacar assure ses membres avec Axa

Le site de covoiturage compte élargir sa communauté avec de nouveaux services jugés rassurants.

Blablacar lance, avec son nouveau partenaire Axa, une assurance spécifique au covoiturage, qui comprend pour l’heure deux prestations : l’arrivée à destination et le prêt de volant au (x) passager (s). "Nous sommes les seuls à proposer ces services", a indiqué son président-fondateur Frédéric Mazzella, lors d’une conférence de presse ce matin.

Les deux couvertures additionnelles, qui permettent d'éviter des retards causés par un accident ou une panne par exemple, seront sans frais additionnel pour les conducteurs et les passagers. Blablacar prend à sa charge leurs coûts. Avec quel objectif ? "Nous ajoutons une couche assurantielle pour séduire plus de personnes", a ajouté Frédéric Mazzella. "Nous voulons gommer les freins potentiels au covoiturage".

Pas d’assureur jusqu’alors

Jusqu’à maintenant, le site n’avait pas de partenaire assureur, puisque les passagers sont déjà automatiquement couverts par l'assurance du conducteur, dans le cadre d'un covoiturage "loisir" basé sur un partage des frais.

De fait, nombre de sites de l’économie collaborative veulent offrir des gardes-fous à leurs clients et prospects, ce qui devrait offrir de nouveaux relais de croissance aux assureurs.

"C’est un secteur nouveau pour nous", a souligné Frédéric Tardy, directeur du marketing et de la distribution d’Axa, saluant au passage le rapprochement entre "une boîte du CAC40 et une start-up", même si Blablacar a bel et bien quitté le nid des jeunes pousses. "On a beaucoup à apprendre de tout l’écosystème, de cette nouvelle économie. Nous devons co-créer avec les start-up, qui ont une capacité d’accélération".

Le lancement de l’assurance de Blablacar sera effectif d’ici 15 jours au Royaume-Uni, et quelques semaines plus tard en France, avant de s’étendre aux autres marchés. Un premier bilan est prévu dans un an, alors que d’autres services devraient voir le jour.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique