Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Billets outre-mer : une signature aujourd’hui et des questions demain

Ce soir, toutes les parties parachèvent la charte d’engagement. Mais elle n’est pas uniforme et promet d’autres négociations bien plus ardues.

Ce soir, au ministère de l’Outre-mer, les représentants PDG d’Air France, de Corsairfly et d’Air Caraïbes signeront la charte d’engagement en présence d’Yves Jego, secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-Mer et de Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’Outre-Mer. Hier, Air Caraïbes a officialisé la signature qui l’engage sur trois ans, mais pas tout à fait au même titre qu’Air France. En effet, comme Corsairfly, le gouvernement a laissé à Air Caraïbes un an avant d’atteindre le quota de mise à disposition de 15 % de sa capacité globale en classe éco sur ses lignes transatlantiques, entre le 15 juin et le 15 septembre, hors promotion. « Compte tenu des engagements déjà effectués, ces deux compagnies ne pouvaient pas atteindre les 15 % la première année », explique Patrick Karam. En revanche, Air France y sera soumise dès la signature.

Maintenant que la menace de renforcement d’obligation de service public s’éloigne avec une charte bien accommodante, selon les compagnies, celles-ci vont ouvrir de nouvelles négociations, portant sur les différences de régimes fiscaux existant entre les compagnies signataires. Air Caraïbes bénéficie en effet d’un système de défiscalisation que n’a pas Corsairfly, ni AF. De plus, les transporteurs veulent entamer des discussions autour du lissage des périodes de pointe, avec en pointillé une réforme du système des congés bonifiés. Patrick Karam se dit ouvert à la négociation, que les compagnies estiment bien plus difficiles que celles autour de la charte d’engagement.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique