Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Avec Orchestra, Chamonix aura son site marchand au printemps 2021

OT, CDT, CRT doivent-ils passer de la promotion à la commercialisation digitale ? Des territoires s’interrogent. Des stations des Alpes, elles, passent à l’action.

Alors que nous voguons vers un été bleu-blanc-rouge, les institutionnels du tourisme doivent-ils s’atteler à leur propre distribution digitale ? La station de La Plagne a franchi le pas, dès 2019, en créant son agence en ligne, avec Orchestra. « La Plagne se place avant les autres sur l’échiquier de la création de séjours et d’expériences, dominé par les géants du web, les GAFAM », se réjouit Thomas Saison, le directeur marketing de la société de remontées mécaniques.

Dans le même esprit, l’Office de tourisme de la vallée de Chamonix entend bien vendre des forfaits à la montagne. Chamonix aura son site marchand au printemps, indique Christian Sabbagh, président d’Orchestra. La plateforme permettra ainsi de distribuer l’offre locale, en direct auprès des voyageurs.

D’autres stations de la Vallée du Mont-Blanc devraient emboîter le pas à Chamonix. Au-delà des stations de montagne, l’entreprise technologique compte bien convaincre, aussi, des stations balnéaires. La crise du Covid-19, qui dope le tourisme de proximité, pourrait accélérer des projets.

Un travail d’orfèvre pour qualifier l’offre

La création d’une plateforme, pour un territoire, correspond à un long cheminement, estime Christian Sabbagh. « Ce n’est pas juste un outil. Il faut procéder à un grand maillage des produits, au-delà des hébergements. Il est nécessaire de s’approprier l’offre, la qualifier, avant de la distribuer. » Or le diable est, parfois, dans les détails. A la montagne, par exemple, la mention d’une distance à pied, de 300m jusqu’à la navette, peut revêtir une grande importance pour des vacanciers.

« Sélectionner et assembler des offres diffuses, qu’ils vont distribuer, peut être une nouvelle mission des offices de tourisme, des Comités départementaux et régionaux du tourisme » habituellement rompus à la promotion. « Les acteurs locaux doivent construire des offres packagées, sur leur territoire. » Histoire aussi, de ne pas laisser le champ libre à des plateformes comme Booking et autres Airbnb.

Quid du rôle des agences ?

Développée depuis plus de 20 ans, Orchestra est un partenaire technologique incontournable pour les voyagistes et les agences de voyages. A travers sa plateforme loisirs B2B, la France représente chaque année la première destination vendue, devant les pays étrangers. Mais sa part de marché relative – 15% à 20% des ventes – demeure faible, puisque les Français partent en majorité en vacances dans leur propre pays. « La France reste peu intermédiée », résume le président d’Orchestra.

D’ailleurs, les offres de Chamonix seront-elles diffusées sur cette plateforme B2B ? « Oui, si Chamonix a un accord avec certaines agences », répond Christian Sabbagh, chantre de la distribution multicanal. Reste, le cas échéant, à trouver un terrain d’entente sur la rémunération du distributeur. Les agences de voyages sont habituées, avec les TO, et sur des destinations lointaines, à des paniers plus élevés. Avec des taux de commission qui peuvent atteindre 10% à 15%.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique