Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France : la surcharge NDC est « la conséquence du modèle économique d’Amadeus »

Après de longues et difficiles négociations, le groupe aérien et Amadeus ont signé un accord de distribution des contenus NDC. Nous publions une interview exclusive croisée avec Emmanuelle Gailland, directrice de la distribution d’Air France-KLM et Sébastien Guyot, directeur des ventes, entreprises et agences.

L’Echo touristique : Quel est l’objectif global de l’accord ?

Emmanuelle Gailland : Cet accord a pour objectif l’utilisation par Air France-KLM d’Amadeus comme agrégateur NDC. Nous sommes l’une des premières compagnies à signer avec le GDS. Nous ne sommes pas dans un accord classique. Dans le nouvel accord, Air France-KLM choisit ses agences et s’entend avec elles sur le contenu NDC que nous allons leur fournir. En parallèle, l’agence de voyages signe son propre accord avec Amadeus pour utiliser la plateforme. Ce sont des accords bilatéraux aux termes desquels nous gardons le contrôle de notre distribution et de notre contenu, ce qui est très important pour nous. Il y aura une surcharge de quelques euros par segment quand l’agence utilisera la plateforme Amadeus.

Moins de 10 euros ?

Emmanuelle Gailland : Oui, quelques euros par segment. Le tarif sera le même, sur la zone France-Pays-Bas- et du même ordre sur l’Europe. Son montant variera selon le nombre de segments par PNR, mais s’appliquera de la même façon quel que soit le vol : court, moyen, long-courrier. Et quel que soit le réseau ou l’agence.

Emmanuelle Gailland, directrice de la distribution d’Air France-KLM

Qui facturera cette surcharge ?

Emmanuelle Gailland : La surcharge sera appliquée par Air France-KLM. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’agence ne paiera pas la surcharge. C’est le client final qui la paiera. En clair, Air France appliquera une surcharge payée par le client, quand la réservation NDC passera par Amadeus.

Dans le contexte actuel, sur fond de crise Covid-19, n’aurait-on pas pu prévoir… la gratuité ? 

Emmanuelle Gailland : C’est la conséquence du modèle économique d’Amadeus. Ce modèle n’est pas la décision d’Air France-KLM. Nous répercutons le coût de distribution. Le groupe Air France-KLM s’est engagé dans la démarche NDC depuis plusieurs années. Nous travaillons déjà avec différents agrégateurs, dont Travelfusion et Orchestra. D’ailleurs, 15% de nos bookings en agences de voyages en juillet sont des bookings NDC. Si la réservation NDC passe demain par Amadeus, une surcharge s’appliquera au client final. Si elle passe par d’autres agrégateurs comme Travelfusion et Orchestra, il n’y en a pas : leur modèle est gratuit pour les compagnies aériennes. Le marché est ouvert, c’est important que chacun joue son rôle. Les agences doivent choisir l’agrégateur qu’elles souhaitent utiliser pour récupérer le contenu NDC, c’est leur choix.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’agence ne paiera pas la surcharge. C’est le client final qui la paiera.

Donc, vous aurez des prix finaux différents selon le canal de distribution NDC ?

Emmanuelle Gailland : Le prix « transporteur » restera le même, quel que soit le canal. Mais la surcharge de distribution Air France-KLM de quelques euros (par segment) s’appliquera à Amadeus et aux agrégateurs dont le modèle sera payant pour nous, ce qui n’est pas le cas des agrégateurs avec lesquels nous travaillons actuellement.

Un dernier mot pour bien comprendre l’intérêt de NDC pour le client ou l’agence de voyages ?

Sébastien Guyot : L’accord avec Amadeus complète notre stratégie de distribution NDC, il est attendu notamment pour les agences qui ont des besoins de servicing complexes. Qu’apporte NDC à l’agence et au client final ? Aujourd’hui, et plus encore demain, NDC permet de distribuer beaucoup plus de prix, de produits, de services ancillaires, d’offres personnalisées (comme un tarif éco avec un salon par exemple), et des contenus multimédias. L’agence disposera d’un nombre très important d’offres. Elle pourra proposer, comparer et conseiller son client.

A lire aussiAmadeus/Air France : les agences devront accepter une surcharge NDC

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique