';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

APS : demandez le programme… de Nicolas Sarkozy

 

En attendant que Nicolas Sarkozy abatte ses cartes, l’APS a épluché ses discours. « Pendant cinq ans, notre association aura toujours en mémoire les engagements du candidat, engagements qui auront des conséquences importantes dans la gestion de nos entreprises », assure l’association. Et ce, notamment vis-à-vis des pouvoirs publics et dans ses actions de lobbying auprès des élus.
« Travailler plus pour gagner plus » ! C’est la promesse la plus emblématique de Nicolas Sarkozy. A défaut de remettre en cause les 35 heures hebdomadaires, le nouveau chef de l’Etat entend contourner l’obstacle en exonérant les heures supplémentaires d’impôts et de cotisations sociales (salariés et employeurs). Parmi les chefs d’agences, d’aucuns applaudissent cette mesure, vrai pied de nez à la réduction du temps de travail. En découlerait une baisse de 25% du coût salarial horaire.
Nicolas Sarkozy a aussi promis un programme de réduction des charges sociales. A bon entendeur salut : le nouveau gouvernement ne donnera pas les mêmes allègements aux entreprises qui augmentent les salaires et à celles qui ne les relèvent pas. 
Le président s’est aussi engagé à supprimer l’imposition forfaitaire annuelle (IFA). Cet impôt est perçu que l’entreprise fasse ou non des bénéfices, pour peu que son chiffre d’affaires atteigne au minimum 400 000€ par an (soit environ 4 M€ de volume d’affaires).
Enfin, le nouveau locataire de l’Elysée a annoncé son dessin d’instaurer un impôt sur les bénéfices des sociétés modulé (plus élevé pour celles qui suppriment des emplois), et de réformer la taxe professionnelle.
Parallèlement, il a évoqué la création d’un contrat de travail unique (CTU) pour les nouveaux embauchés, qui sonnera le glas du contrat à durée déterminée. Ce contrat consiste en un contrat à durée indéterminée, pouvant être rompu par consentement mutuel. Globalement, Nicolas Sarkozy soutient l’idée d’un contrat de travail « plus souple », incitant les entreprises à embaucher.
Reste à savoir comment les mesures présidentielles seront mises en musique, et à quelles échéances. D’autant que les élections législatives peuvent encore modifier la donne. Quoi qu’il en soit, l’APS compte rester attentive. Car le candidat Sarkozy a répété à l’envi durant sa campagne qu’il ferait ce qu’il a dit, conclut l’association. 

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire