Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alors que les vols reprennent, la santé mentale des pilotes inquiète

Des chercheurs encouragent l’industrie à se soucier d’avantage de l’état de santé mentale des pilotes avant la reprise qui s’annonce intense.

Selon une étude menée par Trinity College de Dublin, « les compagnies aériennes négligent la santé mentale et le bien-être des pilotes » ainsi que des autres travailleurs de l’aviation. Et ce à cause de leur volonté farouche et légitime de faire voler à nouveau leurs avions.

En effet, selon cette étude révélée par The Guardian, de nombreux travailleurs de l’aviation ont souffert d’anxiété, de stress et de dépression pendant les blocages de Covid-19. Pourtant ils ne se sentent pas prêts à reconnaître ces problèmes ou de demander de l’aide. Ce qui créé évidemment des risques potentiels pour la sécurité des voyageurs.

Partout en Europe les vols progressivement leur cadence. « Les travailleurs de l’aviation accueilleront positivement la possibilité de récupérer leurs salaires et de redémarrer leur carrière, mais les données du sondage suggèrent que beaucoup se sentiront épuisés à leur retour dans les cockpits et les cabines », a déclaré Paul Cullen, pilote de ligne commerciale et associé de recherche au sein de l’équipe du Trinity College.

Une souffrance des pilotes cachée

Les données indiquent qu’un certain nombre de pilotes étaient en difficulté avant le Covid, mais qu’ils ne divulguaient pas un problème de santé mentale à leur employeur en raison de la stigmatisation et de la peur de perdre leur licence et peut-être de perdre leur salaire.

Tout comme les compagnies aériennes ont des procédures pour s’assurer que les avions mis en sommeil sont en état de navigabilité, les humains ont également besoin d’attention, a déclaré Paul Cullen au Guardian. « Vous devez faire de même pour l’équipage pour vous assurer qu’il est en état de voler. »

L’équipe a mené une enquête auprès de plus de 1000 pilotes dans le monde en 2019 et a constaté que 18% souffraient de dépression modérée et 80% d’épuisement professionnel modéré. Plus des trois quarts des répondants ont déclaré qu’ils ne divulgueraient pas ces problèmes aux employeurs et 81% ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas valorisés par les employeurs.

Une deuxième enquête menée en août 2020 auprès de plus de 2 000 travailleurs de l’aviation – principalement des pilotes, du personnel de cabine, des contrôleurs aériens et des ingénieurs – a révélé qu’ils souffraient plus que la population générale pendant la pandémie. Un cinquième des pilotes et 58% des cabines a signalé une dépression modérée, contre 23% pour l’ensemble des populations irlandaise et britannique.

On se souvient du pilote Andreas Lubitz, qui a délibérément écrasé un avion de Germanwings en 2015, tuant les 150 personnes à bord. Depuis la Commission européenne a ordonné aux compagnies aériennes d’évaluer psychologiquement les pilotes avant le recrutement. L’industrie, cependant, ne collecte pas de données sur le bien-être ensuite.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique