Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France-KLM-Etihad, une alliance de raison

Le partage de codes annoncé lundi dernier entre Air France-KLM, Etihad et Air Berlin répond directement aux nouvelles stratégies de Qatar Airways et Emirates, enfin rentrés dans le jeu des alliances.

Il y a moins de deux ans, Jean-Cyril Spinetta, alors président du conseil d'administration d'Air France-KLM, dénonçait la « menace » des compagnies du golfe, accusées de profiter des subventions de leurs gouvernements et d'instaurer une concurrence déloyale. Mais face à des « ennemis » communs, comme Emirates, une alliance de raison entre Air France-KLM et Etihad s'est finalement imposée. Le partage de code, annoncé le 8 octobre dernier, modifie déjà les équilibres. Mais ce n'est qu'une « étape » a lancé le PDG d'Etihad Airways, James Hogan, mettant en avant « des opportunités illimitées de développer une relation commerciale sans rivale ». Dans un communiqué commun, les deux groupes ont fait ainsi état de discussions dans plusieurs domaines de coopération, « achats en commun », ou « services de maintenance et de réparation », avec des économies potentielles « de plusieurs millions de dollars ».

La première étape sera mise en place dès le 28 octobre. Le partage de codes permettra aux passagers d'Air France et de KLM de voyager tous les jours entre Paris-Charles De Gaulle et Abu Dhabi sur les vols exploités par Etihad Airways avec 9 destinations supplémentaires en correspondance, notamment vers les Seychelles, les Maldives, ou l'Australie. Les passagers d'Etihad pourront, eux, relier Abu Dhabi à Amsterdam grâce au vol quotidien de KLM et auront accès à 10 correspondances, en France, mais aussi vers Oslo ou Cardiff depuis Amsterdam-Schiphol. Pour équilibrer cet accord, Etihad n'affichant que 8,3 millions de passagers contre 75 millions pour Air France-KLM, la compagnie émiratie a également convaincu Air Berlin, dont elle détient près de 30 %, d'intégrer ce partenariat, ouvrant les portes de l'Allemagne, de la Pologne, et de l'Autriche à Air France.

 

QANTAS PRIVE AIR FRANCE DE L'AUSTRALIE

 

Toutes ces destinations sont stratégiques pour le groupe franco-néerlandais. En Europe, pour faire face à Lufthansa. Mais surtout pour lutter contre la concurrence accrue des compagnies du golfe. Emirates, l'ennemi juré, a récemment annoncé un partenariat de 10 ans avec Qantas, pour un total de 98 vols communs via la plateforme de Dubaï, privant Air France de son partenaire pour la desserte de l'Australie. Qatar, elle a confirmé le 8 octobre son entrée dans l'alliance Oneworld, en vue de se rapprocher de British Airways pour la desserte de la région Asie-Pacifique ou d'American Airlines sur le transatlantique.

« On va pouvoir ouvrir des destinations que nos clients nous demandent depuis longtemps » explique Christian Boireau, directeur commercial d'Air France. C'est notamment le cas des Seychelles, qui n'étaient plus desservies depuis Paris depuis le début de l'année malgré un flux de 45 000 passagers au départ de France. Sur les Maldives, 14 000 passagers au départ de France, Air France pourra également proposer une alternative à des compagnies comme Qatar, qui propose 11 fréquences via Doha. « Nous perdions beaucoup trop d'argent sur Abu Dhabi » a également déclaré Dominique Patry, directeur des affaires internationales et des alliances d'Air France au Figaro. Au final, en plus d'une rationalisation des coûts cet accord offre un véritable potentiel de croissance, mais qui reste à confirmer. À terme, si l'essai s'avère fructueux, « d'autres lignes pourraient être concernées » explique-t-on chez Air France. Avant l'été, la compagnie avait réduit son offre sur plusieurs destinations bien desservies par Etihad, comme Delhi, Bangalore, Bombay ou Bangkok.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique