Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France face à sa plus grande catastrophe aérienne

 

Selon le directeur général d’Air France, la zone où le Vol AF 447 Rio-Paris a disparu hier dans l’Océan Atlantique avec à son bord 228 personnes dont 73 français, a été localisée à quelques dizaines de miles nautiques près.

C’est la plus grave catastrophe pour la compagnie aérienne française, et l’une des plus meurtrières de ces dernières années dans le monde. Il s’agit aussi du premier accident d’un Airbus A330, depuis sa mise en service. Elle s’est produite à mi-chemin entre les côtes brésiliennes et les côtes africaines et la zone concernée est cernée à quelques dizaines de milles nautiques près, selon le directeur général d’Air France, Pierre-Henry Gourgeon. Des recherches ont été engagées des deux côtés de l’Atlantique, avec des moyens français et brésiliens, mais également avec l’aide de l’Espagne et des Etats-Unis.

L’Airbus A330 avait quitté Rio dimanche à 19h00 locales (22H00 GMT) et devait se poser lundi à 11h10 de Paris (09H10 GMT), à l’aéroport de Roissy. Il a disparu des écrans de contrôle alors qu’il survolait l’Atlantique. Le dépouillement des données envoyées automatiquement par l’Airbus a fait apparaître, a précisé le directeur général d’Air France, une succession d’une dizaine de messages techniques vers 4h15 de Paris (2h15 GMT), signifiant que plusieurs équipements étaient l’objet de pannes et provoquant une situation totalement inédite dans l’avion. Selon Pierre-Henry Gourgeon, il est probable que c’est peu après ces messages que s’est produit l’impact dans l’Atlantique. Le responsable a ajouté que peu avant ces messages, l’appareil a traversé des turbulences significatives et a évoqué une situation inattendue, mais il s’est refusé à faire un lien direct entre les conditions météo et les messages techniques. Dans un dernier message, le commandant de bord annonçait des turbulences, et après le contact a été perdu, avait auparavant indiqué la compagnie.