Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tourisme durable : Ahimsa Voyages, ce nouveau TO qui démarre en pleine crise

Long-courriers de quatre semaines minimum, départs à pied des grandes villes françaises ou encore combiné « voyage et télétravail » : Jean-Christophe Guérin, co-fondateur d’Ahimsa Voyages, nous explique comment le nouveau TO veut prendre part à la transition écologique du tourisme.

L’Echo touristique : Vous lancez officiellement aujourd’hui Ahimsa Voyages, un nouveau tour-opérateur sur-mesure qui se revendique écoresponsable. Comment est née cette idée ?

Jean-Christophe Guérin : C’est un projet qui germe dans mon esprit depuis que j’ai repris Vie Sauvage, un tour-opérateur spécialiste des safaris en Afrique, en 2019. Je cherchais d’abord à diversifier l’offre de Vie Sauvage, en programmant des voyages sur-mesure en Amérique latine, des croisières polaires ou des séjours en Europe. Mais, alors que notre sensibilité à la transition écologique s’affinait, nous voulions aller plus loin. C’est alors qu’est survenue la crise sanitaire et les restrictions de voyages qui en découlent, et l’idée de la création d’Ahimsa Voyages, qui se veut une marque ambitieuse sur cet aspect-là, et pas seulement un coup de peinture verte.

Quel est votre concept ?

Jean-Christophe Guérin : Avec la co-fondatrice d’Ahimsa Voyages, Céline Gjini, nous sommes partis du constat que 80 à 90% de la pollution générée au cours d’un voyage provenait du trafic aérien. Nous évoluons tous les deux dans des tour-opérateurs de niche depuis une vingtaine d’année (Atalante, Huwans Club Aventure, Continents Insolites, …) et nous avons pu constater la réduction du temps moyen de séjour au fil des années. Avant, les clients consacraient 3 semaines de congés à la réalisation d’un long-courrier. Désormais, nous sommes passés sous la barre des 10 jours… Donc, notre idée, c’était de se focaliser sur le critère de l’aérien, avec un filtre exigeant, qui est celui de ne pas proposer de voyages en avion d’une durée inférieure à quatre semaines.

Notre réflexion, c’est vraiment de recommander de voyager moins souvent, mais plus longtemps.

Cela peut paraître long. N’avez-vous pas peur de dissuader des voyageurs ?

Jean-Christophe Guérin : Nous pensons qu’un marché existe, et qu’il sera sans doute d’autant plus mûr après tout ce que nous vivons actuellement. Et nous ne sommes pas du tout dans un mouvement anti-aérien. Notre réflexion, c’est vraiment de recommander de voyager moins souvent, mais plus longtemps. C’est l’antithèse d’un week-end en Europe avec des vols low-cost, quelque chose que nous avons aussi fait, et que nous ne critiquons pas. Mais nous voulons proposer autre chose au marché. Nous avons par exemple imaginé des offres « Work & Travel », dans lesquelles nous avons repéré des camps de base adaptés (espace de co-working, connexion wifi, activités pour la famille, …) pour ceux qui voudraient voyager pendant 3 semaines puis télétravailler depuis le désert namibien pendant deux semaines. Notre proposition, qui comprend une baisse drastique de l’empreinte carbone, invite à la réflexion, à revoir notre rapport au temps et à la distance.

Au risque d’avoir une offre étriquée ?

Jean-Christophe Guérin : C’est ce qu’on peut croire, au premier abord. Mais ça n’est pas du tout le cas. Nous proposons déjà près de 150 programmes, et nous étofferons notre production au fur et à mesure. Il y a énormément d’opportunités, que l’on vive en région parisienne ou dans le centre de la France. Nous proposons par exemple des micro-expériences dans le massif du Pilat, accompagnée par une guide spécialiste de la montagne et de l’autonomie, au départ de Lyon… et à pied ! Randonner en vélo le long de la Seine, ou sur les côtes portugaises, ou entre les vignobles toscans, en Italie… De nombreuses expériences sont possibles. Et nous comptons sur elles, puisque le long-courrier ne pourra sans doute pas reprendre avant 2022 de façon pérenne. Notre proposition pour le long-courrier exige de pouvoir anticiper, et les incertitudes sont encore trop fortes pour 2021.

Plus d’informations sur Ahimsa Voyages sur le site Internet du tour-opérateur.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique