Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aérien : la France et l’Europe à la rescousse des compagnies

Le gouvernement français annonce le report de plusieurs taxes et redevances aéronautiques pour les compagnies aériennes de l’Hexagone.

« Afin d’apporter un soutien en trésorerie aux compagnies aériennes impactées par l’épidémie du Covid-19, sur la proposition de Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, le Gouvernement reporte plusieurs taxes et redevances aéronautiques ». Hier soir, le ministère a de fait pris la décision d’aider les compagnies aériennes à affronter la crise sanitaire du Covid-19 en reportant sur les années 2021 et 2022 le paiement de certaines taxes et redevances exigibles entre mars et décembre 2020.

Ce report sur les redevances est mis en place en collaboration avec Eurocontrol, à qui la France a délégué le recouvrement, auprès de l’ensemble des compagnies aériennes fréquentant les aéroports de métropole, de la redevance pour services terminaux de la circulation aérienne. La taxe de l’aviation civile et les redevances concernées financent le budget annexe de la direction générale de l’aviation civile, qui fournit tous les services de la navigation aérienne en France.

L’Europe autorise 800 000 euros d’aides directes

Au niveau européen, la Commission européenne vient d’autoriser les Etats membres de l’Union européenne à mettre en place des aides, sans mesure préalable de Bruxelles et sans contrainte vis-à-vis de la réglementation. Les Etats membres peuvent accorder des aides directes jusqu’à 800 000 euros à une entreprise qui présente des besoins de liquidités urgents. L’aide directe peut prendre la forme de subventions directes.

« La Communauté européenne a entendu le message des petites compagnies aériennes » se réjouit l’Union Nationale Compagnie Aérienne Française. « Il appartient maintenant au gouvernement français de sauver le paysage aérien français qui risque de disparaître dans sa majorité sans son aide, créant non seulement du chômage mais surtout une déficience majeure dans la logistique, les liaisons inter régionales et internationales, de nature à encore accentuer les effets néfastes générés par la crise du Covid-19 », ajoute-t-elle.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique