Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Accor se sépare de Gilles Pélisson

Le départ du président-directeur général du groupe pourrait être destiné à accélérer la politique de recentrage d’Accor sur la gestion hôtelière pure, voulue par les actionnaires.

Pourquoi Gilles Pélisson est-il débarqué d’Accor, qu’il dirigeait depuis janvier 2006 ? Le communiqué de presse envoyé par le groupe indique que le conseil d’administration et le président-directeur général, réunis le 2 novembre, « ont fait le constat de divergences stratégiques ». Dans le même temps, le document salue la « profonde mutation » menée ces cinq dernières années sous son « impulsion » : « l’entreprise a repris le chemin de la croissance, présentant des résultats en forte amélioration ». Vente des participations au sein de Carlson Wagonlit Travel et du Club Med en 2006, cession de murs d’hôtels pour plusieurs milliards d’euros et, cet été, désengagement de l’activité restauration à bord des trains (Compagnie des Wagons Lits), et surtout scission des activités hôtellerie et services, cette deuxième branche étant confiée à Endered : sous la direction de Gilles Pélisson, Accor s’est recentré sur son coeur de métier, la gestion hôtelière. Une stratégie voulue par les deux principaux actionnaires, les sociétés d’investissement Eurazeo et Colony Capital, qui contrôlent 30 % du capital. La vente de la participation d’Accor dans le groupe Lucien Barrière (49 % du capital), opération qui a capoté fin septembre, devait servir le même objectif. Mais, bien qu’il ait fini par s’y rallier, Gilles Pélisson n’a pas toujours été favorable à ce recentrage. Et pour les actionnaires, le mouvement n’est sans doute pas allé assez loin pour assurer une rentabilité suffisante. En nommant pour le remplacer Denis Hennequin, l’actuel patron de McDonald’s Europe, les actionnaires font le choix d’un spécialiste de la gestion des réseaux de franchises, grâce auquel cette stratégie devrait être accélérée. Il prendra le poste de directeur général exécutif à compter du 1er décembre. Afin d’assurer la transition, Gilles Pélisson conservera son mandat de président du conseil d’administration jusqu’au 15 janvier 2011.