Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

40 passagers volent en apesanteur

A 13h, aujourd’hui, le premier vol Air Zero G décolle de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac.

Bienvenue à bord du premier vol Air Zero G, à la découverte de l'apesanteur, départ 13h ! Durée de vol prévue, deux heures.

Les 40 passagers, 34 hommes et 6 femmes, sont pour la plupart des passionnés d'espace ou d'aéronautique. Accueillis tôt ce matin dans les locaux de Novespace, ils ont enfilé leur combinaison de vol puis assisté au briefing de Jean-François Clervoy qui les accompagne tout au long cette journée et leur fera partager son expérience d'astronaute.

6 vols en apesanteur en 2013 et 2014

Annoncée le 4 décembre dernier par le CNES, Novespace et Avico, l'ouverture au public des vols paraboliques a connu un succès immédiat. En quelques jours, le site airzerog.com affichait complet pour les deux premiers vols. Mais 6 vols sont prévus pour 2013 et 2014 (240 places au total).

Prix de l’expérience cosmique : 5 980 euros TTC

Le deuxième vol Air Zero G aura lieu le dimanche 23 juin à Paris, depuis l'aéroport du Bourget, pendant le salon de l'Aéronautique et de l'Espace. La date du troisième vol est fixée au 25 octobre 2013 au départ de Bordeaux-Mérignac ; les places seront mises en vente le 28 mars. Prix de l’expérience cosmique : 5 980 euros TTC.

"L'ouverture de ces vols au public est aussi un excellent moyen de communiquer sur l'espace car pour la première fois, des non-spécialistes vont pouvoir "toucher" cet environnement très étrange, habituellement réservé aux chercheurs sélectionnés par le CNES, le DLR et l'ESA.

"Ainsi en vivant quelques minutes d'apesanteur cet après-midi, nos passagers connaîtront non seulement une expérience personnelle exceptionnelle, mais ils comprendront pourquoi l'espace est un domaine d'étude intéressant et contribueront financièrement à la recherche spatiale de demain. Nous les en remercions.", a déclaré Jean-François Clervoy.

 

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire