Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vol MH 370 : la chasse de la dernière chance

Le gouvernement malaisien a accepté l’offre de la société privée américaine Ocean Infinity. Une nouvelle recherche de l’appareil MH370 de Malaysia Airlines a débuté mardi.

C’est le dernier espoir de résoudre l’affaire du MH 370, l’un des plus grands mystères de l’aviation au monde. Un navire opéré par la société d’exploration Ocean Infinity est arrivé lundi dans la zone de recherche dans l’océan Indien et a lancé les drones pour pister l’épave, a indiqué Azharuddin Abdul Rahman, directeur général du Département de l’aviation civile de la Malaisie.

L’avion de Malaysia Airlines avait disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord (principalement des Chinois), lors d’un vol entre Kuala Lumpur et Pékin.

Une nouvelle zone de recherche

Depuis, aucune présence de l’avion n’a été détectée dans une zone de recherche marine de 120 000 kilomètres carrés (46 000 milles carrés) et la chasse dirigée par l’Australie, la plus importante de l’histoire de l’aviation, a été suspendue en janvier dernier. La nouvelle zone de recherche est située dans le sud de l’océan Indien, au nord de l’ancienne zone de recherche

Ocean Infinity a conclu un accord avec le gouvernement malais pour reprendre la chasse sur une base privée et ne sera payé que s’il trouve le jet ou ses boîtes noires. La chasse durera au maximum trois mois.

70 millions de dollars de récompense

Si l’entreprise trouve le Boeing 777, la récompense dépendra de l’endroit où il se trouve. Selon le contrat signé avec le gouvernement malaisien, si elle se situe dans les 5 000 premiers kilomètres carrés, l’entreprise recevra 20 millions de dollars. Le montant augmente graduellement jusqu’à un maximum de 70 millions de dollars si l’appareil se trouve à l’extérieur de la zone de recherche de 25 000 kilomètres carrés.

Le navire qui mènera les recherches utilise huit drones sous-marins autonomes, équipés de sonars et de caméras, qui parcourent les eaux à la recherche d’épaves et peuvent fonctionner à des profondeurs allant jusqu’à 6 000 mètres (20 000 pieds).

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique