Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Univairmer : « Relancer des agences Thomas Cook coûtera cher »

Univairmer compte parmi les 15 candidats en lice pour reprendre une partie de l’activité de Thomas Cook France.

Univairmer, qui compte 34 agences franchisées Thomas Cook, a déposé un dossier dans l’espoir de reprendre des agences du groupe en redressement judiciaire. « Nous sommes intéressés par neuf points de vente, dans l’ouest, le sud-ouest et le centre », précise Jean Dionnet, président du réseau. « Ce sont des agences rentables et complémentaires à notre propre maillage », ajoute-t-il, assurant que 30% à 40% des 174 agences intégrées sont déficitaires. « Si nous les obtenons, c’est bien. »

Mais Jean Dionnet sait qu’il est loin d’être le seul dans cet état d’esprit, puisque 15 candidats à la reprise se sont manifestés, pour une reprise partielle de l’activité. Trois offres de reprise semblent se détacher : le dossier déposé par cinq opérateurs du secteur (dont Marietton/Havas Voyages et Salaün) sur environ 115 points de vente ; celui porté par  l’équipe de direction qui concerne le TO Jet tours et des agences, a priori monté avec l’espagnol Wamos : et enfin le dossier de Prêt A Partir qui couvrirait une soixantaine de points de vente. Un nombre que son patron François Piot refuse de confirmer. L’administrateur judiciaire, lui, sera sensible à la solidité financière des repreneurs, et au nombre d’emplois préservés.

Son estimation ? 20 000€ par agence, a minima

En attendant le verdict du tribunal, attendu le 5 novembre au plus tôt, le patron d’Univairmer a pris sa calculette. « Pour les passer à nos normes et à nos couleurs, avec notre propre informatique, il faut compter 20 000 à 25 000 euros par boutique », estime Jean Dionnet. Comment parvient-il à un tel montant ? Il additionne 5 000 euros à 6 000 euros pour changer l’enseigne, environ 10 000 euros de frais de décoration, et autant de budget informatique. « Je souhaite bien du courage à ceux qui comptent reprendre une quarantaine d’agences. Il leur faudra mettre sur la table, d’emblée 1,5 million d’euros. »

Les montants qui devront être investis avant de relancer l’activité – s’ajoutant au prix de la reprise – varieront forcément avec la superficie du point de vente, et l’état des lieux. Des agences récemment rénovées seront moins coûteuses.

50% du CA « parti à la concurrence »

Mais l’investissement sera bien réel, pour des agences qui viennent de traverser des semaines compliquées. « 50% du chiffre d’affaires est déjà parti à la concurrence », estime Jean Dionnet. « Les nouveaux propriétaires des agences démarreront vraiment l’activité au 1er janvier prochain, ils auront manqué les ventes de septembre à décembre pour des départs en 2020. En 2020, les ventes devraient représenter 50% de l’activité passée. »

Le niveau de ventes s’est fortement affaibli dans les agences Thomas Cook France – privées de la marque maison Jet tours – même si le personnel s’est mobilisé afin d’affronter des vents (très) contraires. Le prix de la relance est aussi et surtout dans les forces vives, soit les femmes et les hommes qui sont à la manœuvre chaque jour.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique