Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair condamnée pour la suppression de ses vols

En Italie, 1,8 million d’euros d’amende a été infligé à Ryanair pour ses annulations de l’automne dernier. Des suppressions de vols qui avaient été expliquées par le grand nombre de jours de congés que ses pilotes avaient à prendre avant début 2018, mais la crise a aussi révélé un malaise social au sein de la compagnie irlandaise.

Mi-septembre, Ryanair avait été contrainte d’annoncer la suppression de 2 100 vols laissant alors 315 000 clients dans l’incertitude.  Fin septembre, elle avait ajouté une nouvelle série d’annulations concernant 18 000 vols entre novembre et mars 2018, affectant 400 000 clients.

Jeudi, l’autorité de la concurrence italienne, a infligé une amende de 1,8 million d’euros à la compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair pour ces annulations massives de vols en et le manque d’informations données aux usagers sur leurs droits.

Manque d’informations sur les indemnisations

L’autorité avait entamé cette procédure en septembre 2017 pour « pratique commerciale non correcte », Ryanair ayant annulé de nombreux vols « du fait de problèmes d’organisation et de gestion – et non de causes occasionnelles ou hors de son contrôle-, occasionnant d’importants désagréments aux consommateurs ».

Il semblerait que Ryanair n’ait pas informé correctement – dans un premier temps – les passagers de l’existence de leur droit à une compensation financière, comme le prévoit la réglementation européenne, les informations n’évoquant que deux possibilités, le remboursement et la modification du billet.

Une amende allégée

Ryanair avait modifié son comportement après l’ouverture de la procédure à partir de février 2018. Mettant à jour « les informations communiquées sur son site internet » et « envoyant des communications individuelles aux consommateurs concernés » sur leurs droits et la manière de les exercer.

L’autorité a souligné que, pour cette raison, elle avait infligé à Ryanair une amende moindre que ce qu’elle risquait initialement.