Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

R.-M. Chikli : On a fait un grand pas vers le zonage des vacances

La préconisation faite par Vincent Peillon d’un étalement des vacances d’été sur deux zones réjouit le président du Ceto, pour lequel cela prouve qu’en se fédérant les acteurs du tourisme peuvent peser.

L'Echo touristique : La proposition de Vincent Peillon, le ministre de l’Education, de créer deux zones pour les vacances scolaires d’été, avec des dates de congés décalés, vous satisfait-elle ?

René-Marc Chikli : J’ai été le premier à demander ce zonage, dès le mois de mai dernier, donc je suis évidemment satisfait. En étalant les congés, on va aussi dans le sens des vacanciers, avec des prix plus lissés sur l’été. Dans un monde idéal, je préférerais même un début des vacances dès le 15 juin, pour soutenir l’activité de ce mois creux, et une fin le 15 septembre.

Les professionnels du tourisme parlent-ils d’une voix commune sur le sujet ?

René-Marc Chikli : Oui, et c’est bien pour cette raison que nous avons pesé. Le Ceto, le Snav, la Fnam (aérien), les loueurs de voitures, les hôteliers, nous avons défendu en commun ce dossier. Notre message avait un caractère de fédération, ce qui prouve qu’il faut continuer dans ce sens. On a fait un grand pas, on a marché sur la Lune, mais la prochaine étape est d’aller dormir sur la Lune.

Le gouvernement se donne jusqu’à 2015 pour préparer l’entrée en vigueur du projet. Etes-vous optimiste ?

René-Marc Chikli : Oui, car c’est un projet réaliste économiquement, dans un contexte de réductions des dépenses de l’Etat. D’autre part, c’est faux de dire qu’il n’y a pas de concertation : nous avons rencontré des associations de parents d’élèves. Le seul inconvénient, mais comme dans d’autres pays européens, c’est que le zonage n’est pas pratique pour certaines familles qui ne vivent pas dans les mêmes zones. Dans tous les cas, nous avons initié la concertation, donc nous allons continuer à être présent.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique