Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers un raccourcissement des vacances d’été à 6 semaines ?

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a préconisé hier une réduction des vacances d'été à six semaines réparties en deux zones.

"Nous devons être capables d’avoir un zonage l'été, deux zones, et nous devons être capables d’avoir six semaines, c’est suffisant", contre deux mois actuellement, a déclaré Vincent Peillon hier sur BFMTV. Le débat ne sera cependant pas ouvert avant 2015, lorsque sera achevée la réforme de la semaine de 4,5 jours. "C’est très compliqué. Il faudra une très longue concertation (…). Il faudra changer les habitudes de beaucoup de gens, faire travailler plus les professeurs, donc il y aura des questions de moyens", a ajouté le ministre.

Vincent Peillon a réaffirmé que son objectif était d'"aller progressivement" vers 37 à 38 semaines de cours durant l’année, contre 36 semaines, voire 35 avec les ponts à l’heure actuelle. Il a rappelé que, durant l’année, il préconisait une alternance de sept semaines de cours et de deux semaines de vacances. 

Les professionnels du tourisme favorables aux 6 semaines

La question de la durée des vacances scolaires et des zones, qui existent depuis 1964 pour les vacances d’hiver et de Pâques, est un véritable casse-tête, compte tenu des enjeux divergents pour les professionnels de l'éducation, les parents d'élèves et les professionnels du tourisme. Ces derniers ont de nouveau fait savoir récemment qu’ils étaient favorables à un raccourcissement des vacances estivales à 6 semaines avec l’instauration d’un zonage. Ils préconisent également le maintien d’un week-end de 2 jours pleins dans le cadre de la mise en place de la semaine de 4 jours et demi pour les enfants.

A ce sujet, Vincent Peillon a fait savoir hier qu’à l’heure actuelle, 40 villes prévoient de l’adopter à la rentrée 2013, et 25 de la reporter à 2014. Les villes ont jusqu'à fin mars pour faire leur choix entre 2013 et 2014. Plusieurs capitales régionales comme Lyon, Marseille et Nice ont déjà annoncé qu’elles attendraient 2014. Paris hésite encore et Lille se prononcera le 18 mars. Grenoble, Dijon et Belfort ont choisi 2013.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique