Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Quels sont les atouts du transport aérien français ?

Profitant des Assises du tourisme, Arthur D Little, le plus ancien cabinet d’audit du monde, vient de sortir un livre blanc afin de redynamiser le transport aérien français. Cet audit est l’occasion pour nous de sortir une série de trois articles sur nos compagnies françaises, les défis auxquels elles seront confrontées, leurs forces mais aussi leurs faiblesses. Volet numéro un aujourd’hui : leurs atouts.

Le transport aérien est un créateur indirect de valeur en soutenant par exemple l’export et le tourisme. Mais aussi direct en représentant environ 2% du PIB français et 429 000 emplois indirects. L’écosystème français du transport aérien peut s’appuyer sur des atouts structurels forts pour remplir sa mission.

Une croissance globale du trafic

La croissance du trafic passagers en France a été légèrement plus faible que dans le reste des grands marchés européens sur les 10 dernières années, 2,3% contre 2,6% en Allemagne ou en 2,9% en Italie 2,9%, mais c’est quand même bien plus qu’au Royaume-Uni (+1,4%) ou en Espagne (+1,8%). Seuls les petits marchés européens font mieux comme par exemple la Belgique (4,5%), les Pays-Bas (3,7%) ou les pays scandinaves (+3,4%).

Un territoire très bien relié au monde

Le transport aérien français permet à l’Hexagone d’être très bien relié au monde et de bénéficier d’excellentes connexions vers les principaux aéroports de la planète, agissant comme catalyseur pour le tourisme et l’export de marchandises et de services. A l’été 2018, la France sera reliée à 23 des 25 plus grands aéroports mondiaux. Les deux seuls grands aéroports mondiaux non reliés à la France sont Kuala Lumpur et Jakarta. Seuls le Royaume-Uni et le Japon sont reliés aux 25 plus grands aéroports de la planète. Parmi les 600 plus grands aéroports du monde, la France est reliée à 42%, légèrement en-deçà de l’Allemagne ou du Royaume-Uni (47%) mais devant l’Italie (36%) ou l’Espagne (37%).

Une position géographique très avantageuse

La position centrale de la France en Europe offre un atout clé en termes de marché adressable pour les opérateurs français : 65% du PIB européen et 58% de la population européenne sont ainsi à moins de deux heures de vol de Paris. De surcroît, la position centrale de la France en Europe relativement au reste du monde permet à l’opérateur national d’offrir un réseau long-courrier équilibré vers quatre continents alors qu’une compagnie comme Aer Lingus, basée à Dublin, offre exclusivement des routes vers l’Amérique du Nord. A l’inverse, la compagnie finlandaise Finnair positionnée très à l’Est offre 85% de ses sièges long-courrier vers l’Asie. Cette position centrale permet donc aux opérateurs français de limiter leur exposition aux risques géopolitiques.

Crédit : Arthur D Little

Un marché très puissant

Paris est le deuxième marché « origine-destination » en Europe, derrière Londres. La capitale est aussi la première destination touristique mondiale avec 85 millions d’arrivées touristiques internationales par an, devant les Etats-Unis (78 millions), l’Espagne (68 millions) et la Chine (57 millions). Parmi ces visiteurs étrangers, 29% d’entre eux arrivent par avion. Les compagnies françaises bénéficient d’un des plus importants marchés aériens à l’export en Europe, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les 67 millions de Français représentent en effet aussi un marché très important pour le transport aérien, à comparer par exemple au marché intérieur de 16 millions d’habitants aux Pays-Bas qui réduit les opportunités pour les opérateurs néerlandais.

Des aéroports extensibles

Dans un contexte où il semble de plus en plus difficile de construire de nouveaux aéroports en Europe, la France a des réserves de croissance disponibles dans les aéroports existants.
Avec 4 pistes et de larges réserves foncières, l’aéroport de Paris-Charles De Gaulle a un potentiel de capacité bien plus élevé que Londres Heathrow et ses deux pistes sans réserves foncières par exemple. De même, les aéroports de province bénéficient de très bonnes infrastructures qui pourraient accueillir une croissance importante.