Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pokémon Go : comment les pros du tourisme se prennent au jeu

 » Alors que la folie Pokémon Go s’est emparée du globe, de nombreux professionnels du secteur utilisent le jeu pour… attrapper les touristes. « 

Les professionnels du tourisme veulent surfer sur le phénomène de l'été : la chasse aux Pikachu et autres Salamèche dans nos villes et campagnes.

En Espagne, un tour-opérateur, Junior Travel, a ainsi publié une annonce pour recruter des experts capables de servir de guides à des groupes d’une trentaine de joueurs, d’une ville espagnole à l’autre. Avec un résultat à la hauteur de l’engouement pour le jeu.

"On reçoit trois à quatre candidatures à la minute", confiait lundi dernier Antonio Barragan, le gérant du tour-opérateur, à l’AFP. Le responsable des ressources humaines est un peu débordé. Et pour cause : plus de 2000 candidatures ont déjà été envoyées.

Safari aux Etats-Unis

Toujours en Espagne, la société Felices Vacaciones propose à ses clients un circuit de Safari Pokémon Go aux Etats-Unis. Moyennant 1 695 euros, les accros du jeu pourront chasser les monstres virtuels de Las Vegas à San Francisco, en passant par New York.

En France, Rouen a invité, sur son site, les joueurs à profiter de leur chasse pour découvrir la ville et son patrimoine, l’Office de Tourisme annonçant également être devenu un "PokéStop", lieu stratégique dans le jeu… rendant ainsi la visite incontournable.

Nîmes a de son côté affrêté un Pokébus, permettant aux joueurs de chasser les Pokémon confortablement installés à l’intérieur d’un bus, en toute sécurité, tout en découvrant la ville. "Venez faire le plein dans les nombreux Pokéstops de la ville, faîtes éclore vos œufs et défiez les arènes en team", invite l’OT sur sa page Facebook. Le tout moyennant 5 euros par personne, pour un circuit d’une heure.

Pas forcément très lucratif, donc, mais pour la destination, l’essentiel est de faire découvrir la ville de façon ludique à l’instar de nombreuses autres villes : après les jeux et autres chasses au trésor sur tablettes et smartphone, les Pokémon prennent à leur tour les touristes par la main.

Les Pokémon, bêtes de marketing ?

Rennes prévoit ainsi une nouvelle "PokéRando" pour la rentrée, la ville de Caen organise un concours "PokéMusée"… La liste est déjà longue.

Mais les Pokémon les plus recherchés seraient à Nantes, si l’on en croit le portail d’autocars CheckMyBus, pas à court d’idées lui non plus, qui a établi un classement des villes où trouver les Pokémon les plus rares, s’offfrant un petit coup de pub au passage.

C’est peut-être là que réside l'intérêt des Pokémon : offrir aux professionnels du tourisme, à peu de frais, un puissant levier de communication. Même l’emblématique tour Eiffel s’est prise au jeu, appâtant  les touristes via son compte Twitter, avec la possibilité de trouver des Pokémon rares.

Monétisation en vue

Mais pour passer à la vitesse supérieure, il faudra peut-être bientôt envisager de nouer un partenariat avec Niantic, l’éditeur de Pokémon Go, afin de se donner de la visibilité dans le jeu. Selon une interview accordée au Financial Time par le directeur général de Niantic, les "lieux sponsorisés" pourraient en effet devenir un des piliers de la stratégie de monétisation de l’application, dont le téléchargement est gratuit. Les entreprises pourraient ainsi être amenées à reverser une commission à Niantic pour devenir des lieux stratégiques dans le jeu (des "PokéStop" et des "PokéGyms", les arènes de combat) et augmenter ainsi leur fréquentation. Les professionnels du tourisme pourraient bien être chassés à leur tour…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique