Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Plan Vigipirate rouge renforcé : ce qui change

A la suite de l’intervention de l’armée française au Mali, le président de la République a demandé le 13 janvier au Premier ministre de veiller à l’adaptation du plan Vigipirate. Certaines mesures sont renforcées, notamment dans les secteurs aériens et ferroviaires.

Depuis 2005 et les attentats de Londres, la France se trouve au niveau "rouge" du plan Vigipirate (lui-même créé en 1978), ce qui implique une mobilisation soutenue des moyens de l’Etat.

Et depuis le 13 janvier, suite à l’intervention de l’armée française au Mali, il est maintenu au niveau rouge, avec consolidation de certains dispositifs visant à la surveillance des transports terrestres et aériens, en particulier en lien avec les pays à risques et à la protection de sites sensibles : sites militaires, lieux de culte, emprises diplomatiques, ou encore lieux de grande fréquentation. Par ailleurs, les services de renseignement ont augmenté leurs activités.

Contrôles accrus dans les transports

Au-delà du ministère de l’Intérieur, cette mobilisation concerne d’autres acteurs de sécurité : les forces du ministère de la Défense et des opérateurs tels que la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), la RATP, la SNCF ou encore Aéroports de Paris (ADP).

Interrogés, la SNCF et ADP n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet, mais lors du dernier passage au "rouge renforcé" en décembre 2012 (habituel en période de fêtes de fin d'année), 1 200 militaires avaient été mis à contribution sur le territoire français.

A ce stade, Vigipirate prévoit notamment des contrôles aléatoires d’accès aux trains, sur les personnes comme les bagages, des patrouilles dans les TGV, la restriction ou l’interdiction de vastes portions de l’espace aérien et la constitution de stocks d’eau potable.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique