Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pépite

NULL

Les assureurs du secteur touristique devront-ils souscrire à une assurance contre la consolidation ? Dans un environnement propice, puisqu’incertain, à l’innovation commerciale, les sociétés d’assurances ont pourtant décidé de se recentrer sur leurs fondamentaux et mettre un coup de frein aux assurances-gadget, souvent plus utiles à assurer leur communication que leurs revenus. Priorité à la rentabilité. Notre enquête publiée cette semaine montre d’ailleurs que les compagnies vont tirer les primes à la hausse – sans préciser si le surcoût sera amorti par le client ou par le revendeur – pour augmenter leurs marges. Augmenter et non pas forcément restaurer. Malgré l’explosion de la sinistralité, des frais médicaux ici ou ailleurs et des contraintes réglementaires qui poussent les sociétés d’assurances à garantir leur cash, rien n’indique en effet que celles-ci n’aient pas bien gagné leur vie l’an dernier. Au contraire. Mais que dire des maisons-mères de Mondial Assistance (Allianz) et d’Europe Assistance (Generali), marques qui assurent à elles deux plus de la moitié du chiffre d’affaires du secteur ? Et bien, il se dit que leurs actionnaires en réclament davantage. Mais pas pour les mêmes raisons. Generali, affaibli par une année 2011 en demi-teinte, chercherait à se renflouer auprès de toutes les sources de trésorerie disponibles, tandis qu’Allianz, voudrait grossir son pactole, que certains estiment déjà proche du milliard d’euros, pour fondre sur le Français Gan-Eurocourtage, dont Présence-Assistance Tourisme est une des marques. Et si tous visent le tourisme, c’est pour une raison très simple : « C’est une petite activité, mais qui rapporte beaucoup », confirme un expert du secteur. L’assurance-voyage est une pépite convoitée, mais aussi très bien vendue en agence, avec des commissions juteuses allant jusqu’à 70 % du prix du produit. Bref, pour une fois qu’il existe dans le tourisme des produits à fort potentiel de croissance, dotés de marges confortables, personne ne s’en plaindra. Sauf ceux qui ne se seront pas couverts contre la concentration du secteur, évidemment.

Le tourisme, « C’est une petite activité, mais qui rapporte beaucoup ».

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique