Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Paris : Ian Brossat veut interdire Airbnb dans le centre

C’est la guerre, ou presque ! L’adjoint communiste de la maire de Paris espère proscrire les logements Airbnb du cœur de la capitale.

Ian Brossat défend des mesures chocs pour rendre des logements aux Parisiens comme l’interdiction des locations Airbnb dans le centre, selon un article du Parisien. L’adjoint communiste de la maire de Paris veut aussi évincer les résidences secondaires dans toute la capitale, rien de moins.

« Vu l’ampleur du phénomène, je pense qu’il faut aller plus loin et interdire la location d’appartements entiers dans les arrondissements du centre de Paris et n’autoriser que la location de chambres comme c’était le cas lorsque Airbnb s’est créé, explique-t-il, dans une interview accordée au Parisien. Quand on voit que dans les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements, 26 % des logements n’abritent plus de Parisiens, cela doit nous poser question. »

Une économie de « prédation »

« Au début, Airbnb se présentait comme une entreprise sympathique permettant à des propriétaires de louer leur logement quelques jours par an, et à des touristes de se loger à des tarifs inférieurs à ceux des hôtels, ajoute-t-il. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans la culture du partage mais dans l’économie de prédation. La plupart des propriétaires louent désormais des logements entiers au lieu d’une simple chambre. Et surtout, de plus en plus de professionnels achètent des appartements, voire des immeubles entiers, pour les transformer en machines à cash ».

Un livre à charge

Depuis cinq ans, Paris souffre d’une perte sèche de 20 000 logements, principalement dans les arrondissements du centre de Paris, assure-t-il. « Si nous ne régulons pas Airbnb, nous n’aurons plus d’habitants dans nos centres-villes », conclut-il.

Ian Brossat est vent debout contre l’explosion des plates-formes de location meublée de courte durée dans la capitale. C’est ce qu’il raconte dans son tout nouveau livre « Airbnb, la ville ubérisée ». Car l’élu construit aussi sa notoriété sur un tel combat.

La réaction d’Airbnb

Interrogé par nos soins, Airbnb s’élève bien sûr en faux, et tacle celui qui le jette en pâture : « Une telle mesure dépouillerait des milliers de familles de classe-moyenne au seul profit des riches représentants du lobby hôtelier. Ces propositions déconnectées de l’opinion publique comme du cadre légal sont un écran de fumée pour cacher la réalité du tourisme dans le centre de Paris, alors que l’ouverture de plus de 750 nouvelles chambres d’hôtels a été récemment approuvée dans le centre de Paris. Tandis que le maire adjoint consacre son temps à écorner le pouvoir d’achat des habitants, et offre avec son livre une nouvelle tribune aux arguments de lobbies hôteliers obnubilés par la défense de leurs intérêts, un Parisien sur cinq utilise aujourd’hui Airbnb pour améliorer ses revenus et faire face au coût de la vie, dans une ville où l’offre de logement peine à suivre la demande depuis des décennies. »