Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ouibus : Nous sommes une vraie offre touristique, et pas seulement une solution de mobilité

Dès cet été, Ouibus multiplie son offre par quatre avec plus de 1500 trajets disponibles. Un succès salué aujourd’hui par Emmanuel Macron, un an après la libéralisation du transport par autocars.

A quelques encablures de ses bureaux, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est monté – brièvement – ce mardi matin à bord d’un autocar Ouibus, à la gare routière de Paris Bercy.

Ouibus double son nombre de destinations

Une visite symbolique, un an après la promulgation de la loi Macron, qui a ouvert la libéralisation du transport par cars sur des trajets supérieurs à 100 km. Des félicitations, aussi, adressées à la filiale de la SNCF pour son essor fulgurant, alors qu’elle met en place son réseau étendu à compter du 25 juillet.

Grâce au contrat de franchise signé avec son ancien rival, le Français Starshipper, qui roule désormais sous la marque Ouibus, la compagnie multiplie son offre par quatre avec plus de 1500 trajets disponibles, et double son nombre de destinations en France et en Europe, qui passe de 60 à 120. Parmi les nouvelles lignes, 41 liaisons estivales vers les plages de la Méditerranée, de l’Atlantique et de la Manche, qui seront opérées jusqu’au 4 septembre.

Pour Macron, "il y aura une consolidation du secteur"

"L’autocar est une offre complémentaire pour ceux qui n’ont pas les moyens de prendre le train. C’est ce qu’on appelle la multi-modalité : elle permet plus de mobilité pour le travail comme pour les loisirs, et c’est aussi ce qui est le plus efficace pour notre économie", a déclaré Emmanuel Macron, rappelant que le secteur a créé 1500 emplois depuis sa libéralisation.

"Il y  aura une consolidation du secteur qui est tout à fait normale et qui ne me préoccupe pas sur un marché qui était encore très marginal en France il y a peu de temps", a-t-il poursuivi, interrogé sur l’alliance stratégique entre Ouibus et Starshipper. Selon lui, "les prix vont se stabiliser", mais pas exploser, les compagnies de bus ayant pleinement conscience que des prix trop élevés se traduiraient par un gain de parts de marché du covoiturage, qui reste leur principale concurrence.

Un prix moyen de 15 euros par trajet

Côté prix justement, Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus, estime à "une quinzaine d’euros" le tarif moyen par voyageur pour un trajet, toutes destinations confondues. Avec de tels tarifs, la rentabilité n’est pas gagnée. "Nous avons des lignes et des périodes rentables, mais il est certain que nous devons progresser", a-t-il admis, visant la rentabilité d’ici 3 à 4 ans.

Accompagné de Jean-Sébastien Barrault, membre du directoire de Starshipper, le patron de Ouibus préfère insister sur l’extension du réseau : "Nos clients nous demandent d’avoir le réseau le plus étendu possible, et c’est précisément ce maillage très fin que nous apporte notre alliance avec Starshipper". Ensemble, les deux compagnies revendiquent 1,2 million de passagers transportés depuis septembre 2015 et en attendent 1,5 million d’ici à la fin juillet.

Les autocars, un "plus" pour les agences de voyages?

Très riche, et disposant désormais d’un système de correspondances, l’offre Ouibus peut séduire de nouveaux voyageurs. "Nous sommes convaincus que nous sommes une vraie offre touristique, et pas seulement une solution de mobilité", assure Roland de Barbentane.

Un produit qui a toute sa place en agences de voyages. "Même si les trajets en bus représentent de petits paniers moyens, chaque personne qui entre dans une agence s’intéresse à son offre de voyages au global, c'est forcément positif", souligne-t-il. Ouibus, qui réalise 75% de ses ventes sur ouibus.com, dispose d’ailleurs d’un partenariat avec un agrégateur allemand, Distribusion, qui permet de connecter les agences de voyages en Europe.

Des services supplémentaires, pour plus de rentabilité

Pour se rapprocher un peu plus d’une offre touristique classique, Ouibus cherche à améliorer l’expérience client. A partir de fin juillet, de nouvelles fonctionnalités sur son appli mobile permettront ainsi la géolocalisation en temps réel de ses bus.

Début août, une offre de divertissements sera par ailleurs mise en place : 250 films et séries seront proposés en téléchargement au prix de 3 euros en complément de l’achat d’un billet. Un modèle basé sur les "frais ancillaires", à l’image de celui adopté par les compagnies aériennes low cost, et qui est peut-être l’une des clés de la rentabilité. 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique