Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mini-croisière, maxi plaisirs ! (08 juin 2012)

Les croisières de 3 à 5 nuits montent en puissance. Les compagnies y voient un double intérêt : offrir une première expérience aux clients novices et développer la clientèle de groupes.

«Nous sommes en sur-demande pour les mini-croisières ». Beaucoup dans le tourisme aimeraient pouvoir en dire autant en ce moment que Antoine Lacarrière, directeur général de Croisières de France. Après un début d'année marqué par le naufrage du Costa Concordia, le secteur de la croisière a renoué avec des niveaux de réservation au beau fixe et, en ligne de mire, un objectif de 450 000 passagers français en 2012. Longtemps reléguée au second plan, la croisière démontre chaque année par ses taux de progression à deux chiffres qu'elle fait partie aujourd'hui des secteurs qui comptent. Et pour continuer sur cette lancée, elle mise notamment sur le développement des mini-croisières afin d'attirer dans ses filets les clients encore réticents à ce concept de vacances. « Costa est passé d'une stratégie d'opportunité à une stratégie de développement », confie Georges Azouze, PDG France de la compagnie.

 

EN CONCURRENCE AVEC LES COURTS SÉJOURS CLASSIQUES

 

À ses débuts, la mini-croisière avait surtout pour but de permettre aux navires de rejoindre leurs ports d'attache pour commencer leurs programmations de 7 jours ou plus. Désormais, soutenue par un prix d'appel attractif (à partir de 300 E) et un départ de proximité (principalement Marseille), elle se positionne en concurrente des courts séjours classiques. « Le prix rend l'offre intéressante et lève beaucoup de réticences », affirme Erminio Eschena, DG France de MSC Croisières. Elle est également, par sa durée, adaptée à la promotion des incentives et des séminaires. « Notre clientèle se répartit équitablement entre individuels et groupes », poursuit-il. Par manque de temps, l'itinéraire est, en revanche, souvent secondaire. « Ce qui compte c'est de vivre l'expérience à bord », explique Antoine Lacarrière. Pour revenir ensuite plus longtemps…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique