Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MICE : quelles sont les nouvelles attentes des clients

Des experts ont fait le point sur le marché des événements et des incentives, évalué pour la France à 19,5 milliards d'euros en 2016. C'était à l'IFTM Top Resa.

En 2016, le marché progresse en cumul, sur les trois pays étudiés que sont le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France. Dans le cadre de la présentation par Concomitance, B3tsi et TendanceNomad de leur toute première étude sur les tendances et perspectives du MICE européen, jeudi 22 septembre à l'IFTM, un panel d'experts des séminaires et de l'événementiel a débattu sur les nouvelles attentes de leurs clients.

"Les TMC ne doivent pas se contenter d'une mission de négociation auprès des partenaires organisateurs. Le rôle du conseil est très important", prévient Marie Coupteau-Leprestre, directrice France chez BCD Meetings & Events. "Quand nous recevons un cahier des charges précis de la part d'un client, notre rôle consiste à proposer si nécessaire une destination plus pertinente que celle que le client a prévue initialement", assure-t-elle.

Des dépenses sous contrôle

Dans un écosystème large de prestataires, où 60 % des entreprises sondées par Concomitance, B3tsi et TendanceNomad accordent une position dominante aux agences de voyages et TMC, la politique d'achats de la clientèle évolue vers une intégration renforcée. "Les services achats ont déjà placé sous contrôle la dépense aérienne, les locations de voitures. Ils commencent à mettre la main sur les dépenses de meetings, qui peuvent représenter entre 1% et 4% du chiffre d'affaires des entreprises", observe Loic Passemard, co-fondateur de BizMeeting.

"Le marché MICE connaît cette évolution importante depuis cinq à six ans. Les laboratoires pharmaceutiques ont été les précurseurs, les autres entreprises y sont venues", confirme Fabien Martre, directeur général d'Ideal Meetings & Events. Seuls les services marketing et communication des grands groupes semblent encore à l'écart de ce mouvement, et défendent dans un pré carré leurs habitudes de négociation, de gestion et d'achats pour leurs événements et leurs séminaires.

Le marché est en croissance en cumul sur les 3 pays de l'Observatoire. La France est toutefois en léger recul, à 19,5 milliards d'euros en 2016, une estimation différente d'autres études qui reposent une une autre méthodologie.