Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Marmara se passe de club à Maurice

Marmara a dénoncé son contrat avec le groupe Apavou et cessé le 22 mars la commercialisation de son Club Mauritius. Le TO fait club commun avec NF.

Apavou et Marmara à Maurice, c’est fini. Après des mois d’atermoiement sur fond de mises en garde du Ministère du tourisme Mauricien passé à l’offensive pour protéger l’image de qualité de la destination, Marmara a tranché. Le TO du groupe TUI France a dénoncé le contrat qui le liait au groupe hôtelier Apavou comme Nouvelles Frontières, sa marque soeur, l’avait déjà fait en novembre dernier aux motifs d’engagements de mise à niveau non tenus. « La qualité des prestations hôtelières n’était pas conforme à nos attentes », explique Martine Haas, directrice de la communication de TUI France. « Marmara a définitivement cessé la commercialisation de son Club Mauritius le 22 mars ». Les ventes vers L’Indian Resort, autre établissement d’Apavou, ont également été stoppées.

L’hôtel Le Mornea, propriété d’Apavou confiée en location-gérance à Marmara, qui y avait installé son Club Mauritius, était fermé depuis novembre dernier, le Ministère ayant suspendu son autorisation d’opérer en attendant sa mise aux normes. D’aucuns y avaient vu une manoeuvre pour mettre Marmara en difficultés sur l’île, les autorités mauriciennes n’appréciant pas forcément le positionnement industriel et petit prix du TO. Des travaux étaient en cours pour une réouverture annoncée mi-mars. Selon Apavou, 300 000 euros auraient été investis pour remettre à niveau l’établissement. « Nous avons effectué les travaux mais la licence administrative pour pouvoir exploiter l’hôtel ne nous a toujours pas été rendue », s’étonne Jean-Luc Hélary, directeur général du groupe. Marmara a décidé, lui, de stopper les frais. Le TO qui programme 11 hôtels et résidences locatives sur l’île « réfléchit à d’autres options ». Et renvoie ses clients désireux de séjourner en club vers le Club Marina de Nouvelles Frontières. Le premier jalon d’une synergie hôtelière qui pourrait se dupliquer ailleurs ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique