Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les Français plébiscitent les Etats-Unis… sans les TO

La fréquentation française aux Etats-Unis a augmenté de 12,4% au premier semestre 2014. Mais la destination échappe de plus en plus aux voyagistes, qui ont toutefois réalisé une bonne saison d'été.

Le Département Américain du Commerce vient de publier les chiffres officiels de la fréquentation des Etats-Unis en juin 2014.

Le premier marché européen

Parmi les 10 marchés les plus importants pour la destination, le marché français se montre en grande forme, avec une hausse des arrivées de 10,3%.

Cette bonne performance est d’autant plus notable que le marché anglais connaît dans le même temps une baisse de 3% et le marché allemand de 7%. La hausse ne fait que confirme l'engouement des Français pour les Etats-Unis depuis le début de l’année soit : +18,9% en janvier, +22,2% en février, +13,1% en mars, +6% en avril et +12,7% en mai. Sur l'ensemble du premier semestre, la croissance atteint donc +12,4%, avec un total de 758 724 touristes en provenance de l'Hexagone.

En 2013 déjà, la fréquentation française avait battu un record à 1 504 564 arrivées (+3%), les Etats-Unis étant la destination long-courrier préférée de nos compatriotes, la seule à figurer dans le top 10 de leurs déplacements, à la sixième place.

Les TO souffrent de la désintermédiation

Les tour-opérateurs profitent cependant assez peu d'un tel engouement. Au cours de la saison commerciale 2012-2013, les voyagistes membres du Seto (Syndicat des entreprises du tour-operating) ont vendu seulement 73 034 forfaits (-1,6%).

Sur la saison d'été 2014, les ventes se sont bien comportées avec 45 094 forfaits vendus entre le 1er mai et 31 août (+6%), mais ce volume est évidemment infime par rapport à la fréquentation globale.

L'année dernière, 5% des Français séjournant aux Etats-Unis sont passés par un tour-operateur. Ils étaient 7% en 2009, preuve que la désintermédiation est de plus en plus marquée, sur une destination très bien appréhendée en solo par les touristes de l'Hexagone. En 2000, le taux atteignait 18%, selon Michel-Yves Labbé, président du Visit USA Committee.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique