Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les agences de voyages à la peine

Alors que débutent les vacances de printemps, les professionnels sont en butte à la morosité du marché, attestée par le baromètre bimensuel du Syndicat national des agents de voyages (Snav) et le bilan du Monde en 3 jours.

Les voyants sont au rouge vif. Dans leur second baromètre bimensuel, présenté en marge du Ditex le 31 mars, le Syndicat national des agents de voyages (Snav) et Atout France mettent en évidence le fléchissement inquiétant de l'activité. En janvier, les prises de commandes de forfaits étaient déjà sur une mauvaise pente, affichant +1 % en volume d'affaires et -15 % en nombre de clients. En février, elles dévissent de 8 % et 31 % respectivement. « La situation est particulièrement déboussolante en agences de voyages », souligne Franck Voragen, président de la commission études et statistiques du Snav.

Le baromètre, qui agrège les ventes de forfaits classiques et sur mesure réalisées par un échantillon de 600 points de vente, reflète un certain attentisme qui semble perdurer. « Nous sommes sur une tendance de -10 % en volume d'affaires en mars, d'après nos premières remontées statistiques, précise Franck Voragen. Pourtant, c'est un mois normalement bon. Compte tenu des événements dans le bassin Méditerranéen, les Français reportent sur la Grèce ou l'Espagne, mais en partie seulement. » Reste à savoir s'ils vont renoncer en masse à leurs vacances cette année ou s'ils réserveront à la dernière minute, auquel cas les mois d'avril et mai sauveraient la saison. La valse des étiquettes sur la Tunisie et les destinations voisines est là pour les stimuler.

Mais Franck Voragen ne pèche pas par optimisme : « Contrairement aux années passées, nous pourrions assister à la limite des promotions. Les gens ne veulent pas partir [dans les pays du monde arabe, ndlr]. » Un sentiment partagé, sur fond de morosité dans les foyers et les portefeuilles des Français. La France devrait naturellement ressortir comme l'une des grandes gagnantes de l'été, ce qui échappera en grande partie à la distribution.

Test grandeur nature, Le Monde en 3 Jours (LM3J) a prouvé la difficulté de faire bouger un marché tétanisé par une succession d'évènements anxiogènes. Les six tour-opérateurs spécialistes partenaires (Asia, Pacha Tours, STI Voyages, Top of Travel, Jetset et Compagnie des Croisières) avaient pourtant parfaitement bordé la communication (annonces radio, affichage, télévision) et le marketing (avec un site Internet et une signalétique dédiés). Au total, 1 145 agences ont soutenu cette opération promotionnelle de grande ampleur les 22, 23 et 24 mars derniers, consistant en une réduction de 10 % (5 % pris en charge par le voyagiste, 5 % par l'agence). Résultat : 1 970 298 E de chiffre d'affaires pour 1 159 passagers, ce qui est très en deçà de 2010 (5 563 781E pour 3 405 clients, avec cependant sept tour-opérateurs et 1 313 agences). «On ne peut pas comparer », commente Corinne Renard, directrice commerciale de CIC. LM3J, programmé depuis six mois, est arrivé au pire moment. Asia et STI, deux des plus gros acteurs de l'opération, ont été respectivement frappés par les évènements au Japon, en Égypte et dans le reste du Moyen-Orient. Et Top of Travel, nouveau venu, ne pouvait en aucun cas compenser les chiffres dégagés par Donatello et Solea présents en 2010 ».

La quatrième édition de LM3J est d'ores et déjà programmée en mars 2012. « Parce qu'une mutualisation des moyens et une approche solidaire restent la meilleure réponse à des crises sanitaires et politiques lourdes de conséquences sur nos activités respectives », selon Corinne Renard.

 

La France devrait ressortir comme une grande gagnante de l'été

Les perspectives sont bien meilleures qu'il y a deux mois

 

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique