Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Sénégal, entre Saly et Saloum

Balnéaire et formaté à Saly, le tourisme prend la tangente dans le delta du Saloum et en brousse où l’on trouve villages authentiques et nature exceptionnelle.

Au Sénégal il y a du soleil, des hôtels-clubs et des plages, mais, à côté et en parallèle, un vrai tourisme d’aventure, de découverte et humain. Saly avec ses hôtels alignés en bord de mer est urbaine, saisonnière, occidentalisée. Tout près et toute l’année, le delta du Sine-Saloum est resté authentique et pur nature. « Les Français ont une image formatée de la destination, celle d’un tourisme balnéaire de masse en clubs moyen gamme et charters saisonniers », regrette Didier Coullet, directeur général d’Origin’Africa, un réceptif hors sentiers battus, en contact avec la population. « Or, tous les autres marchés européens, notamment les Belges ou les Anglais à partir de la Gambie, dit-il, valorisent le Sénégal comme une belle destination africaine plus haut de gamme ». Pour lui le potentiel est énorme aussi bien dans la région de Saint-Louis, que dans le Saloum, la Casamance, le Sahel et le grand est.

LE SÉNÉGAL A DU PAIN SUR LA PLANCHE

Mais de l’avis de tous, le cru 2011-2012, année des élections, a été « catastrophique », avec des avions remplis par la clientèle ethnique et le vide des hôtels atténué par des séminaires locaux. Pour que cette belle endormie se réveille (52 436 forfaits vendus selon le Ceto au cours de l’exercice 2010-2011 avec une chute de 23,9 % sur l’hiver 2011-2012), le nouveau ministre du tourisme Youssou N’Dour a de lourds dossiers sur les bras : rendre les prix compétitifs en réduisant les taxes, notamment aéroportuaires ; finaliser l’ouverture de l’aéroport Blaise Diagne, proche de Saly et en voie d’achèvement… depuis des années ; accélérer les travaux de l’autoroute qui y conduit ; prendre à bras-le-corps la question de l’érosion maritime qui ronge en particulier les plages de la station balnéaire… Et surtout, communiquer pour enrayer une image institutionnelle médiocre. Le Sénégal le vaut bien.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique