Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’alliance Skyteam perd China Southern Airlines

Onze ans après son intégration en 2007, China Southern a décidé de quitter l’alliance Skyteam. La présence de China Southern et China Eastern, les deux plus importantes compagnies chinoises tant en termes de flotte que de nombre de passagers, au sein de SkyTeam, faisait jusqu’alors l’une des principales forces de l’alliance par rapport à ses concurrentes.

China Southern Airlines, la première compagnie chinoise en termes de taille de flotte (754 appareils pour 126,3 millions de passagers annuels en 2017), a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas son adhésion à l’alliance Skyteam à partir du 1er janvier 2019.

« La décision de China Southern reflète son développement stratégique, les tendances changeantes de l’industrie aéronautique mondiale et l’évolution des alliances », a déclaré Skyteam dans un récent communiqué.

China Southern précise qu’elle va « explorer les possibilités d’établir de nouveaux partenariats avec d’autres compagnies, promouvoir une coopération bilatérale et multilatérale et fournir des services de qualité aux passagers à travers le monde ».

Concurrencée au sein de l’alliance

Cette décision s’explique aisément. China Eastern, concurrent direct de China Southern, travaille plus étroitement qu’elle avec les membres majeurs de SkyTeam, Delta et Air France-KLM. Delta détient 3,5% du capital de China Eastern et China Eastern détient 8,8% du capital d’Air France-KLM.

De son côté, l’année dernière, China Southern a vendu une part minoritaire de son capital (2,76%) à American Airlines, compagnie fondatrice de l’alliance Oneworld.

Cette décision intervient quelques jours après que Akbar Al Baker, président et CEO de Qatar Airways, a déclaré : « Je ne vois aucun intérêt à continuer de faire partie de OneWorld quand d’autres partenaires nous considèrent comme une menace ». Il faisait là référence à l’offensive qu’American Airlines a lancée pour freiner les ambitions de desserte des États-Unis par les transporteurs du Golfe.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique