Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCM dans la tempête

« Le gouvernement évoque un « partenaire industriel » pour tenter de remettre à flot le transporteur maritime. »

L’avenir de la SNCM passe-t-il par une privatisation ? Alors que la compagnie maritime est à nouveau secouée par des grèves, le gouvernement a annoncé son intention de trouver un partenaire industriel susceptible de recapitaliser l’entreprise. Il y aurait urgence. Selon la direction, la SNCM serait au bord de la cessation de paiement et aurait perdu 28,1 ME l’an dernier. Les syndicats contestent ce chiffre et parlent d’un déficit aux alentours de 10 ME. Ils militent pour une entrée des collectivités régionales dans le capital.

En cause : la conjoncture touristique en Corse (l’île a vu sa fréquentation chuter de 6,6 % la saison dernière), les grèves et la concurrence de plus en plus féroce de Corsica Ferries. Selon l’Observatoire régional des transports de la Corse, la part de marché de la SNCM vers la Corse serait tombée sous les 35 % (avec 974 000 passagers trans-portés depuis la métropole contre 1,26 million en 2003), alors que celle de Corsica Ferries atteindrait les 50 % (tous ports de départ, France et Italie, confondus). Sur les seules lignes au départ de l’Hexagone, Corsica Ferries aurait pour la première fois dépassé la SNCM l’an dernier, avec 1,08 million de passagers depuis Nice et Toulon. Bien que réussie, la diversification de la SNCM vers l’Algérie ou la Tunisie n’a pas suffi à compenser cette baisse du trafic vers la Corse, qui représente 85 % du total.

Les emplois menacés, la flotte redimensionnée

Recapitalisée à hauteur de 66 ME en 2003, avec l’accord de Bruxelles, la SNCM ne peut plus aujourd’hui faire appel aux deniers publics. En attendant un appui industriel, le transporteur envisage de supprimer quelque 210 emplois. La flotte (actuellement deux navires à grande vitesse, cinq ferries et quatre cargos mixtes) devrait aussi être redimensionnée, avec la cession du navire rapide Asco, qui effectue la traversée Nice-Corse.

La SNCM entend par ailleurs retravailler ses prix. Elle envi-sage ainsi de proposer un tarif hors saison moins élevé, en particulier à bord du navire à grande vitesse Liamone au départ de Nice, qui pourrait naviguer pour l’occasion à vitesse normale.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique