Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Etat lance une plate-forme pour géolocaliser et noter les taxis

La plate-forme électronique "Le.Taxi", développée par l'Etat pour permettre la mise en relation entre taxis et clients via des applications pour smartphones, vient d'être mise en service à Montpellier, avant un déploiement national.

Les taxis vont peut-être regagner du terrain dans la bataille qui les oppose aux VTC. "Le.Taxi", est une innovation voulue par l'Etat, issue de la loi du 1er octobre 2014 relative aux taxis et VTC. Son objectif : développer l'accès des clients à l’offre de taxis par voie digitale, au moyen d’un registre national de géolocalisation.

Maraude électronique

Il ne s'agit pas d'une application, selon les promoteurs du projet – une start-up d'Etat composée de quatre personnes – mais d'une plate-forme qui compile des informations sur la disponibilité des taxis et leur géolocalisation. Ceux-ci doivent au préalable s'être enregistrés dans un registre numérique pour être agréés.

Cette base de données, gratuite, est à disposition de tout éditeur souhaitant lancer une application. "C'est une nouvelle étape importante dans l’objectif poursuivi par le Gouvernement d’accompagner la modernisation de la profession de taxi", indique un communiqué émanant des ministères de l'Intérieur, des Transports et de la Réforme de l'Etat et de la Simplification.

Montpellier a servi de ville test. Les Montpelliérains peuvent ainsi depuis le 22 mars héler un taxi depuis leur smartphone, en utilisant une application mobile conçue à cet effet. Il en existe déjà plusieurs, pour iPhone ou mobile sous Android, dont Taxi Proxi, Mon Appli Taxi, Zaléou, développée par Ixxi (filiale de la RATP), ou encore Tedycab, mis en ligne récemment par le groupe Transdev.

Pas de frais d'approche

Ce nouveau service entraîne deux changements dans la relation entre les taxis et leurs clients. D'abord, l'absence de frais d'approche, puisque les chauffeurs s'engagent à ne pas faire tourner leur compteur tant qu'ils ne sont pas arrivés sur le lieu de la commande. Ensuite, la possibilité pour le client de noter la course, de zéro à cinq étoiles, selon un système directement inspiré d'Uber, la plateforme américaine de VTC.

La plate-forme "Le.Taxi" ne propose toutefois pas le paiement par smartphones, comme le font la plupart des plateformes VTC, les clients continuant donc de régler leurs courses en espèces ou par carte bancaire.

Après Montpellier, elle sera mise en service progressivement dans les prochaines semaines dans la plupart des grandes agglomérations, et notamment à Paris, Lille, Lyon, Marseille et Rennes, indiquent les ministères concernés. 2 000 chauffeurs sont aujourd’hui déjà inscrits, 100 nouveaux s’inscrivent chaque jour. A terme, ce sont potentiellement 30 000 chauffeurs qui sont susceptibles d’être référencés sur Le.Taxi.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique