Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’entreprenariat féminin, c’est pour demain ?

Najat Vallaud-Belkacem a pris le problème à bras-le-corps : la ministre des Droits des femmes compte faire évoluer la part de femmes chefs d'entreprise en France. Pourtant très féminisé, le tourisme ne fait pas exception.

Le 13 mai dernier, dans un lycée des Lilas (93), la ministre du tourisme, Sylvia Pinel, était venue accompagner de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, pour lancer la semaine de sensibilisation à l'entreprenariat féminin. Le grand absent de cette présentation médiatisée devant une classe de première ES fut bien le mot « tourisme ». Un secteur que Sylvia Pinel qualifiera ensuite de « déjà féminisé » par rapport à l'artisanat qui souffre de plus de clichés. Pourtant, si les agents de voyages sont majoritairement des femmes, elles se font rares à la tête d'entreprises du tourisme. Malgré l'absence de chiffres propres au secteur, ceux plus généraux l'attestent. « Moins de 30% des entrepreneurs sont des femmes, à cause de freins invisibles, de stéréotypes ancrés dans les inconscients. Nous voulons les casser et dire aux jeunes filles : vous en êtes capables ! », affirmait Najat Vallaud-Belkacem lors de cette semaine de l'entreprenariat féminin.%%HORSTEXTE:1%%

La France, mauvais élève de l'Europe

La France accuse en effet un retard considérable : seulement 3% des Françaises de 18 à 64 ans ont créé ou sont propriétaires d'une entreprise, contre 4,5% des Allemandes, 5,2% des Britanniques et plus de 10% des Américaines. Des (mauvais) résultats qui se justifient souvent par un manque de confiance en soi mais qui sont également la conséquence de politiques peu volontaristes sur la question de la parité. Caroline Dero, créatrice et dirigeante de viaFrance depuis 14 ans, a fait les frais d'un certain machisme : « des petites choses difficilement explicables. Lors d'une réunion par exemple, un dirigeant d'un grand groupe a fait comme si je n'existais pas, il ne me regardait même pas quand je parlais », confie-t-elle. Une forme de machisme qui a poussé des femmes d'influence, comme Sheryl Sandberg, n°2 de Facebook, à braquer les projecteurs sur ce problème. Dans son livre En avant toutes, elle incite les femmes « à ne plus avoir peur ». À sa façon, Françoise Gri, DG de Pierre et Vacances, évoquait ce combat dans son livre Women power, Femme et patron sorti en 2012. Pour la fondatrice de Restopolitan, Stéphanie Pelapra, tout est « une question de tempérament ». À 23 ans, cette entrepreneuse dans l'âme dirige aujourd'hui 45 personnes : « la femme a une sensibilité propre et permet d'avoir une approche commerciale plus intuitive. Une entreprise tenue par une jeune femme, ça marque plus les esprits. » Alors, à qui le tour ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique