Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’APST va devenir une mutuelle

Lors de la 50e Assemblée générale de l’APST, son président est revenu sur l’agitation des derniers mois. Raoul Nabet a aussi ouvert l’avenir de l’association vers un système mutualiste, avec quelques arguments à la clé. 

Raoul Nabet voulait mettre les points sur les i et reprendre la main, suite aux dissensions liées à l’extension de la garantie financière ainsi qu'au départ de certains membres de l’association. C’est chose faite depuis ce matin, le président ayant réaffirmé le rôle et le travail mené par l’APST face aux adhérents réunis dans les Salons Hoche à Paris.

A ceux qui prédisent une année sombre pour l’association, Raoul Nabet a rappelé que l’association était encore le garant financier numéro 1 des professionnels du tourisme, devant le Crédit Agricole, Banque Populaire et BNP Paribas.

Avec une année 2014 qui se solde par un excédent global de 68 072 euros et un effectif de 3 201 membres, le bilan est également marqué par un nombre de sinistres en baisse de 6% versus 2013, quand les autres garants enregistrent de leur côté une hausse des sinistres de + 13%. S'agissant du départ de certains adhérents fin 2014, Raoul Nabet se dit serein : "Je sais même que certains d’entre eux reviendront à l’APST en 2015, ils me l’ont dit."

Faire évoluer le statut de l’APST

"Tout le monde ne pourra pas assurer la garantie totale des sinistres, nous sommes en avance sur ce sujet", précisait avec force le président qui se dit heureux de ne pas avoir cédé à la facilité sur ce dossier. Et d’évoquer le futur de l’association qui se fera avec un nouveau patron.

Née de la volonté des pouvoirs publics, l’APST ne peut en effet être comparée à une banque ou une compagnie d’assurances. "Nous sommes un outil de Bercy, à la disposition du ministère. Nous pouvons intervenir en cas d’urgence sur des non-membres. Quand on gère des centaines de millions d’euros, il est clair que notre statut doit évoluer. Nous allons donc passer du statut d’association à celui de mutuelle. Cela mettra quelques années avant d’être finalisé." En passant à un système d’assurance volontaire, c’est la solidarité qui guidera les actions du système mutualiste, avec la mise en place d’un système de bonus afin que les "bons élèves" ne soient pas pénalisés, a-t-il été expliqué.

Une nouvelle page s’ouvre donc pour l’APST, qui souhaite élargir ses compétences et ses services dans un environnement économique et professionnel en réelle mutation depuis la création de la Garantie des fonds déposés, en 1997. 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique